# Top site 1
# Top site 2
# Top site 3
# Top site 4
# Top site 5
Staff :
# Profil
# Contacter
# Présente
# Profil
# Contacter
# Présent
Prédéfinis : en voir +
   
   
08
08
News — Les groupes : Magnus et La Compagnie sont fermés. Merci de privilégier les autres groupes.
Toutes les informations sont présentes ici.
News du 21/07 — Mise en place de la mise à jour N°9 juste ici ! Les intrigues sont terminées, le système de quête se simplifie et une nouvelle temporalité verra bientôt le jour.
News du 01/05 — Mise en place de la mise à jour N°8 par-là !
News du 01/04 — Mise en place de la mise à jour N°7 par-là ! Apparition du principe des évents ponctuels ainsi que d'un recensement.
News du 01/03 — Mise en place de la mise à jour N°6, ici. Plusieurs petites nouveautés HRP à découvrir, et un recensement qui se profile pour le mois prochain !
News du 01/02 — Mise en place de la mise à jour N°5, ici. Nous recherchons un animateur n'hésitez pas à postuler ! Découvrez un nouveau système de jeu, en vous rendant là.
News du 15/01 — Les intrigues sont lancées ! Pour en savoir plus rendez-vous ici.
News du 01/01 — Mise en place de la mise à jour N°4, ici. Les intrigues de l'an 125 débute à Pelagia. Découvrez un nouveau système de jeu, ici.
News du 01/12 — Mise en place de la mise à jour N°3, ici. Vous retrouverez des jeux et un nouvel univers, ici.
News du 05/11 — Mise en place d'un mini-évent par le membre Siobhán Balfe. Rendez-vous ici !
News du 01/11 — Mise en place de la mise à jour N°2, ici. Vous retrouverez une tombola, ici. Ainsi que la mise en place de divers jeux sur la CB !
News du 15/10 — Réouverture d'Escalus après 1 an d'absence !
La tempête | 15 Juillet 125, Wanda & Abraham
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 La tempête | 15 Juillet 125, Wanda & Abraham



avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« La rose et le réséda »

MESSAGES  : 684
POINTS  : 686
PRÉSENTATION   : uoıʇɐʇuǝséɹd
FICHE DE LIENS  : suǝıl
DATE D'INSCRIPTION  : 17/10/2015


MessageSujet: La tempête | 15 Juillet 125, Wanda & Abraham   20.03.16 16:01 par Abraham LandCiter Editer Supprimer 



Résumé
15 Juillet 125, 18h08
« Avis de tempête, ici on est vite tentés, on veut finir du bon côté de la vitre teintée. Ah ouais, je sais que t'as envie de tâter les fonds et les formes, pourvu que ça vide ta tête ... » N.

LA TEMPÊTE

Wanda.
Est-elle un bon élément à la tête de la Compagnie, ou non ?

C'est la question que beaucoup se pose en cette fin de journée. Tout le monde est reparti, chacun dans son coin, comme si rien ne s'était passé. Comme si cette réunion n'avait jamais eu lieu. Mais déjà chacun s’apprêtait à faire ce qu'ils avaient à faire, à partir récupérer telles affaires, lister telles choses, faire un dernier repérage. Light s'était retiré comme une ombre, personne ne l'avait vu repartir. Abraham quand à lui, il était sorti dehors pour allumer une clope. C'était sa seule façon, avec les entrainements de Light et les courses dans les recoins abandonnés du niveau 3, de se détendre et d'oublier que ça fait déjà plus de deux mois qu'il prend très peu d'Essence. Il a passé un nouveau stade cette semaine, sa prochaine bouteille de seulement 10 cL sera pour dans deux semaines. Deux semaines à attendre, c'est long, très long. Et il en peut déjà plus. Son travail au Blue Velvet le prend beaucoup trop, sans aucune estime, sans aucune augmentation alors qu'il fait des heures supplémentaires depuis un mois.
Crachant une bouffée, il continue de se manger le coin de la lèvre. Wanda, il fallait qu'il lui parle. Il n'allait pas partir comme ça comme un sauvage, et puis de toute façon qu'est-ce qu'il ferait ? Il n'a rien à faire. Commencer à acheter les quelques bidules pour la bombe artisanale se serait trop tôt. Et de toute façon, il préfère passer du temps avec la nouvelle chef, pour continuer d'apprendre à la connaitre. Entre eux ? Pas grand chose, juste des regards et des mots. Mais elle t'a étonnée plus d'une fois, et peut être bien que finalement tu l'apprécies. Tu avais un à priori avec elle, mais tu as vite remarqué que tu ne faisais qu'écouter les dires de Seisyll. Seisyll, qui ne peut pas voir en peinture Wanda. Seisyll, qui en ce moment ne va pas fort. Antonine dit qu'il se laisse mourir. Va falloir faire en sorte que ces deux là s'entendent, comme Aldebaran s'entendait avec La Compagnie. C'est pas le moment de se séparer en petit groupe, comme avait dit Lotte tout à l'heure : Ayez un peu confiance en chacun de vous, ça ne vous fera pas de mal.

Abraham écrase sa cigarette contre le mur et l'envoi valser dans la poubelle d'à côté. Une vieille poubelle qui semble bientôt s'effondrer, sous le poids des innombrables déchets, d'une minute à l'autre. Il pose son regard sur l'horloge de la pièce d'entrée, il a largement le temps de discuter avec Wanda avant de partir aller bosser. Tu as vu ce qu'ils disaient à la télévision il y a moins d'un mois ? il avait posé cette simple question, avant qu'elle lui dise qu'ils en reparleraient après. Elle avait surement du temps à lui consacrer ? Quelques secondes. Abraham avait cette étrange envie de lui parler. Elle lui rappelait sa mère ... avec peut être un peu plus de couilles. Bon, un père/mère dans ce cas.
Abraham trouva bien vite la nouvelle chef, et s'en approcha les mains dans les poches, faisant trois derniers petits pas dans sa direction, pour arriver à quelques centimètres d'elle, un sourire en coin :

▬ « Nous en parlerons après, c'est bien ce que tu avais dit ? » Petit instant pour respirer. « Tu as vu ce qu'ils disaient aux journaux ? Je cite : éclater ce groupe d’extrémistes. Ils veulent réunir les citoyens et les entreprises contre nous. "Chacun doit faire preuve de vigilance mais surtout d'unité et de courage face à ces épreuves." ... » Abraham sentait ses poings se serrer dans ses poches, une colère difficile à contenir. « Les connards. »
Mais ce n'était pas nouveau. Et Wanda, lui et tout les camarades allaient devoir se serrer les coudes pour rester unis.

________________
Mon Image
Hold your colours against the wall, when they take everything away.
She looked into your eyes and saw what laid beneath. Don't try to save yourself.
The circle is complete.


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« PELAGIA »

MESSAGES  : 223
POINTS  : 1592
PRÉSENTATION   : Par trois fois, il la posséda.
FICHE DE LIENS  : Ses entrailles étaient un brasier d'enfer.
AUTRES COMPTES : Siobhán Balfe.
DATE D'INSCRIPTION  : 01/12/2015


MessageSujet: Re: La tempête | 15 Juillet 125, Wanda & Abraham   20.03.16 18:03 par Marianne FloresCiter Editer Supprimer 


Il y avait eu des défiances et des véhémences dignes de langue de serpent. Mais ce n’était pas face à un reptile que Wanda plierait le genou. Une grosse partie, de ce qu’elle considérait comme un problème néfaste était partie rapidement. Comme s’il s’agissait d’animaux sauvages, qui grogne et qui lape plus que ce qu’il morde. Si bien qu’elle avait observait le spectacle excédé en silence, en voyant ses queues se rentrer dans les jambes et fuir. Fuir et partir comme si le bâtiment était en feu, et que les flammes allaient lécher la couardise qui les habite du plus profond de leur être.

La mère de famille est excédée par tous ses chuchotements incapables de parler de manière franche et distincte. Un ennemi qui attaque de front, voilà ce qu’elle considère être un bon adversaire, pas une fracasse de lutin farceur qui te fait des coups en douce dans le dos. Ces vermines là ne méritent rien de bon. Mais fort heureusement, pour elle, il n’y a pas que des mauvais bougres. Certain, de vieux amis, qui faisait partie de son cercle son encore présent. Il y avait très peu, qui avait quitté le premier groupe d’Hatti pour rejoindre la compagnie, apeuré de voir leur croyance personnelle être bafoué de plein fouet.

Alors qu’elle était en pleine discussion de retrouvaille, une voix qu’elle qualifié d’enfant par son expérience et en comparaison de son cercle d’amis, perçait dans son dos. Elle tournait légèrement la tête dans sa direction, le sourcil légèrement arqué.

— Abraham.

Sa voix se fait froide et cassante, malgré cet accent campagnard qu’elle. C’était presque une voix maternelle qui signifié à son enfant de se taire, et que ce n’était pas le moment.

— Ton langage. On n’est pas dans une foire ici.

Elle avait complètement oublié le fait qu’il voulait parler de ce fameux jour où le conseil c’était réunit devant la presse. Chose qu’il n’avait pas fait depuis belle lurette, tout ça pour eux, mais au final surtout pour lui, Angus. Car contrairement à ce que l’on pourrait croire, il y avait beaucoup de haine pour son œuvre, et peu pour ce qu’elle avait fait dans cette histoire. Wanda tournait la tête en direction des personnes avec qui elle parlait pour leur dire au revoir et combien elle était contente de les avoir revus. Puis elle faisait face à Abraham.

— Aller suit moi, on va aller discuter dans ma chambre, au moins tu ne risques pas de faire éclater une bagarre, car à mon avis certains vont rester ici afin de boire aux retrouvailles. Et l’alcool et les discussions fâcheuse ne font pas bond ménage.

Lui proposait-elle simplement en tournant les talons, et marchant d’un pas régulier vers la porte d’entrée de sa triste chambre. Il avait le choix de la suivre ou bien d’éclater en place publique dans l’hôtel. Mais l’un de ses choix pourrait amener la folie de Wanda à s’écouler de son être pour se répandre dans la pièce et noyer les personnes présentes.

________________

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« La rose et le réséda »

MESSAGES  : 684
POINTS  : 686
PRÉSENTATION   : uoıʇɐʇuǝséɹd
FICHE DE LIENS  : suǝıl
DATE D'INSCRIPTION  : 17/10/2015


MessageSujet: Re: La tempête | 15 Juillet 125, Wanda & Abraham   26.03.16 23:49 par Abraham LandCiter Editer Supprimer 



Résumé
15 Juillet 125, 18h11
Abraham veut discuter avec la nouvelle chef attitrée de La Compagnie. D'un peu de tout, de Magnus, du Conseil comme de ce qui pourrait se passer ...

LA TEMPÊTE

Abraham avait dit ces mots sans réfléchir.
Un langage de foire. Wanda, bien plus petite que lui, le dos légèrement abaissé, avait prononcé son nom tellement froidement qu'il avait déjà comprit où elle voulait en venir. Tout en levant l'un de ses sourcils, d'un air interrogateur, il finit par reprendre son expression neutre, presque blasé, et tourna son regard dans l'assemblée qui se trouvait attroupée tout autour de la nouvelle chef. Ses yeux en disaient long : si vous avez un quelconque problème avec ma façon de parler je vous éclate la gueule. Mais ce n'était pas pareil pour Wanda, peut être parce que c'est une femme, mais aussi parce qu'il a du respect pour lui et qu'elle ne lui avait pas dit ça par hasard.
Elle l'invita, peu de temps après avoir dit au revoir à ses vieux amis, à l'accompagner dans sa chambre. Un endroit tranquille, loin des risques d'éclats de bagarres et de discussions fâcheuses. Abraham lâcha un petit rire tout en la suivant bien sagement :

▬ « Et depuis quand ça te dérange que je dise que ce sont des connards ? » Il demandait ça avec une telle nonchalance, exprès pour agacer Wanda.

Cette femme, il la test. Seisyll ne peut pas la voir, et Light et Antonine ne sont pas spécialement inspirés par elle. « T'as raison. Ça nous évitera d'avoir des oreilles un peu trop curieuses autour de nous. » Et Abraham avait bien plus confiance en un petit novice de La Compagnie que en cette chef, qui est pourtant une héritière toute choisie par Angus avant son meurtre.

Oui. Abraham avançait derrière elle, toujours les mains dans les poches, lui poignardant le dos du regard. Cette ambiance assez tendue qui dura jusqu'à ce qu'ils entrent dans la chambre, se dissipa peu à peu quand Abraham, toujours avec cette même nonchalance, lança :

▬ « Tu invites souvent des hommes dans ta chambre. Et ... » Il hésitait à s’asseoir quelque part, restant à un pas de la porte. Tout en redressant sa tête pour éviter de toujours regarder ses chaussures quand il s'adresse à sa chef, il marmonna un assez peu franc : « Tu vas ignorer ma question encore longtemps ? »

Parce que Light dit de ne pas se laisser faire. Qu'il faut se montrer imperturbable et insaisissable, qu'il faut montrer que l'on porte ses couilles. Surtout face aux femmes. Wanda est une femme qui, très jeune, sait s'imposer. Et ça, Abraham déteste ça. Les femmes fortes et puissantes. C'est pas de la peur amis ... il est méfiant. Et puis, comme lui dit son camarade :
Y'a plus de loups contre elle ici que contre toi.

________________
Mon Image
Hold your colours against the wall, when they take everything away.
She looked into your eyes and saw what laid beneath. Don't try to save yourself.
The circle is complete.


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« PELAGIA »

MESSAGES  : 223
POINTS  : 1592
PRÉSENTATION   : Par trois fois, il la posséda.
FICHE DE LIENS  : Ses entrailles étaient un brasier d'enfer.
AUTRES COMPTES : Siobhán Balfe.
DATE D'INSCRIPTION  : 01/12/2015


MessageSujet: Re: La tempête | 15 Juillet 125, Wanda & Abraham   03.04.16 21:28 par Marianne FloresCiter Editer Supprimer 


D’un pas lent et régulier elle quittait la pièce principale pour se diriger vers sa chambre. Son visage était défiguré par un rictus mauvais en entendant ses paroles. Fort heureusement pour elle, il ne la voyait pas, et c’était pour le mieux. Malgré tout, Wanda avait l’oreille tendu pour écouter les palabres disgracieuses d’Abraham. Quand il faisait allusion à sa chambre, elle affichait un visage placide, et tourna la tête par-dessus son épaule pour le regarder.

— Si cela m’évite de lessiver le sol de ton sang, ce n’est pas plus mal.

Voilà ce qu’elle avait lâché, la main sur la poignée de la porte. Elle effectuait une légère pression et ouvrir la porte, laissant place à un lieu froid et sans personnalité. Une bassine retournée qui lui servait de baignoire et où elle avait posé des affaires personnelles. Un placard où dedans il y avait un hôtel dédié à Hatti. Un lit d’une place avec un édredon défraichit et jauni, et dont le matelas était tellement vieux, qu’il était aussi mou d’un escargot sans coquille. Une table de chevet avec des photos, où l’on pouvait y voir Angus et Wanda jeune, son heure de gloire au Blue Velvet, une photo de sa mère à moitié calciné et hors de son cadre. Il manquait seulement une photo de son fils, à la place, il y avait au pied de la lampe de chevet son brassard de quand il était à l’hôpital avec son nom, Gaspard Le Gall.

— Tu peux t’asseoir sur mon lit Abraham.

Lui faisait-elle part, en refermant la porte derrière eux, pour ne pas être entendu. A son tour, elle s’installait sur la chaise en bois, où trôner tel un roi ses aiguilles de tricot, où reposait un ouvrage bien entamer. Elle le soulevait et le posait sur ses genoux. Son regard se posait d’abord sur les murs de torchis recouvert d’un papier peint fleurit et totalement défraîchit, si bien qu’il se décollait à certains endroit, tout simplement à cause de l’humidité.

— Vois-tu le problème Abraham ? Je te laisse y réfléchir un instant. Repense à ce que tu m’as dis dans la pièce principal, et pense comme un membre hors de la compagnie. Fait comme si tu ne connais pas nos compagnons, notre façon de pensé, notre façon de faire. Que penserais-tu de nous ?

A partir de la elle gardait le silence, l’observant. Elle se demandait et attendait patiemment ce qu’il allait faire et ou dire. Pendant ce temps-là, sans même avoir besoin de regarder, elle commençait à tricoter une ligne du chandail. C’était un point basique, si bien qu’elle n’avait pas besoin de regarder, c’était un geste totalement automatique. Au bout d’un moment, après qu’il est dit quelque chose, ou bien même s’il avait gardé le silence, mais surtout quand elle avait fini sa ligne de tricot, elle reposait le tout sur ses genoux, et laissait ses talons claqué contre le parquet cloué.

— Rien de bon. Des extrémistes, une secte, et j’en passe. Maintenant soit franc, et répond à ma question. Est-ce que nous sommes réellement tout ce qu’ils disent ? Ou bien un groupe de personne qui désire simplement améliorer la condition humaine pour nous autre les pauvres ?

Elle fini par garder à nouveau le silence, s’humectant les lèvres et observant lentement ce qu’il lui répondrait à sa question. Mais à la place elle lui couperait sa parole. Pour répondre à sa place.

— C’est pour cela que je n’ai pas envie de dire oui à tout ce que nos membres proposent, éviter que l’on nous colle encore cette étiquette. Car s’attirer les foudres de tous, c’est la meilleure façon de tuer la compagnie dans son œuf. Alors que s’attirer la sympathie de la population c’est fortifier notre clan. Rien de plus. Rien de moins. Servir le peuple, plutôt que faire couler son sang. Aider les miséreux, plutôt que les terrifier. Est-ce que tu commences à comprendre où je veux en venir, Abraham ?

________________

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« La rose et le réséda »

MESSAGES  : 684
POINTS  : 686
PRÉSENTATION   : uoıʇɐʇuǝséɹd
FICHE DE LIENS  : suǝıl
DATE D'INSCRIPTION  : 17/10/2015


MessageSujet: Re: La tempête | 15 Juillet 125, Wanda & Abraham   29.05.16 8:32 par Abraham LandCiter Editer Supprimer 



Résumé
15 Juillet 125, 18h13
Installés dans la chambre de Wanda, ils se mettent à discuter sur la Compagnie et le rôle qu'elle devrait avoir prochainement ...

LA TEMPÊTE

Abraham regarde autour, c'est presque pire que dans son appartement.
Fermant la porte de sa chambre derrière elle, Wanda lui propose sans attendre de s'asseoir sur son lit. Ma foi, sinon il s’assoit par terre. Le matelas lui casse deux trois os du fessier au passage.
Abraham la regarde prendre son temps pour s'asseoir à son tour, et peut être prendre un livre ou deux auprès d'elle, pourquoi pas. Tien, elle admire son papier peint affreux. A l'époque 95 ça aurait séduit, mais aujourd'hui ? ... Hm, faut savoir aussi que l'Hôtel des Parias n'a rien pour s'offrir des rénovations. Observant les alentours, lui aussi, il remarque alors une fissure assez grande vers le plafond, dont son regard y reste bêtement collé dessus.

▬ « Vois-tu le problème Abraham ? Je te laisse y réfléchir un instant. »

Imagine, que tu ne sois pas là, ni l'un des leurs. Ces groupes d’extrémistes te revient en tête. Abraham repense à cette réunion du Conseil, ces paroles lancées à la foule et une bonne partie de la population qui regardait. Pour ça, Magnus est très fort. Il a les meilleurs journalistes et informateurs au monde pour savoir dire n'importe quoi. Tes poings se serrent. Le temps qu'il se mette à la réfléchir à la question et en pas penser au Conseil, Wanda pouvait finir son tricot.

▬ « ... Rien de bon. »

Elle arrêta sa ligne de tricot. Non, en effet. Rien de bon. Rien de bien. Des moins que rien en somme. Des extrémistes ou une secte. Une secte ? ... Abraham ne voyait pas, et encore heureux, le rapport religieux dans tout ça. Et ce mot, il le détestait. Hatti ? Une grande histoire d'amour.

▬ « Maintenant soit franc, et répond à ma question. Est-ce que nous sommes réellement tout ce qu’ils disent ? Ou bien un groupe de personne qui désire simplement améliorer la condition humaine pour nous autre les pauvres ? »

Le temps de réfléchir, elle avait surenchérit. Ne pas accepter tout ce que les membres proposent. Pour ne pas que ça déraille sans arrêt. Oui, il y a de tout à la Compagnie, des cinglés même. Mais ils sont en si petit nombre que n'importe qui peut venir. L'esprit révolutionnaire d'avant 124 en a perdu. Aujourd'hui c'est presque un début de marché noir, de détraqués, de vendeurs d'Essence et même peut être de femmes qui s'installe tout près de l'Hôtel. Hôtel que Lotte semble tant chérir, comme un dernier enfant.
Alors ; s'attirer la sympathie de la population, fortifier le clan, servir le peuple, aider les miséreux ...

▬ « Tu as dis clan. »

Abraham était resté sur ce mot et avait totalement ignoré la question. De tout façon, il trouvait Wanda bien trop vague pour qu'il puisse parfaitement lui répondre. Non, il ne voyait pas où elle voulait en venir, parce que parfois elle était bien l'ombre d'Angus, mais parfois elle dérivait, comme un bateau, un vieux navire, chavirant. Mais Wanda est redoutable, et une part d'ombre en elle ne le rassure pas du tout.

▬ « Clan c'est le mot que l'on donne à une communauté religieuse par ici. La compagnie n'est pas un rendez pour les Nejrets, Wanda. »

Sentant bien que la tension commençait sérieusement à monter et à se faire sentir comme l'odeur d'une merde, Abraham baissa les yeux vers le sol et soupira un long instant le temps que chacun reprenne son calme et oublie ces petits détails que Abraham aimait bien rectifier, même si ça lui vaudra peut être un jour une lame sous la gorge. Pas de religion à la Compagnie, déjà qu'il avait du mal dans sa vie, alors à l'Hôtel ...

▬ « La sympathie, l'aide et le service aux populations ? Ce que le Conseil n'apporte pas, en gros ? Leur offrir ce qu'ils n'ont pas ? Et comment tu comptes t'y prendre ? »

________________
Mon Image
Hold your colours against the wall, when they take everything away.
She looked into your eyes and saw what laid beneath. Don't try to save yourself.
The circle is complete.



Dernière édition par Abraham Land le 03.07.16 0:03, édité 1 fois

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« PELAGIA »

MESSAGES  : 223
POINTS  : 1592
PRÉSENTATION   : Par trois fois, il la posséda.
FICHE DE LIENS  : Ses entrailles étaient un brasier d'enfer.
AUTRES COMPTES : Siobhán Balfe.
DATE D'INSCRIPTION  : 01/12/2015


MessageSujet: Re: La tempête | 15 Juillet 125, Wanda & Abraham   21.06.16 18:20 par Marianne FloresCiter Editer Supprimer 


Un rire s’empare d’elle quand elle sent le sérieux de ses mots. Et tout cela pour un terme glisser comme cela dans une phrase. Une phrase qui a elle-même plus de sens que ce simple terme. Si bien que Wanda se sent obligée de rectifier ces propos et de dire ce qu’elle avait en tête par ce simple mot.

— Clan. C’est aussi comme cela que l’on appelle une famille. Notre famille. La compagnie. C’est peut-être pas la définition que donne ta génération, mais c’était ainsi que l’on disait à mon époque et comment ont m’a éduquer.

Etre élever par des filles, qui avaient encore des souvenirs des paroles de leurs parents et grand parents et pour certaines de générations encore avant. Quand on racontait ce qu’était la cité à sa création et même avant. On disait que les gens se regroupaient par famille, et que parfois elles étaient si grandes qu’il fallait noter les membres sur des carnets pour ne pas oublier les noms. Ou bien encore des immigrés, des gens qui ne faisait pas parti de Pelagia. Il vivait ensemble dans des quartiers selon les pays dont ils venaient. Tout cela pour être plus fort ensemble et avoir des points commun.

— Et je te ferais dire que de la façon dont tu résumes ma phrase fait penser que nous sommes une association à but caritative et non violente. Ce que nous ne sommes pas non plus.

Disait-elle en pointant son aiguille à tricoter dans sa direction. Non, il y avait un juste milieu à trouver entre les deux. Ce qu’Angus pensait avoir en même, malgré son envie bien particulière et totalement égoïste. Et maintenant Wanda qui se retrouvait avec ce bébé ingrat qu’elle commençait à haïr incapable de dire merci pour les sacrifices qu’elle avait fait pour lui. Même si elle gardait cette part sombre de haine bien enfoui dans son cœur. Mais si elle devait émerger un jour ça serait un tsunami dévastateur.

— Mais vas-y Abraham. Parle et dit moi ce que tu penses ce que je devrais faire. Pour me faire pardonner de t’avoir coupé la parole.

________________

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« La rose et le réséda »

MESSAGES  : 684
POINTS  : 686
PRÉSENTATION   : uoıʇɐʇuǝséɹd
FICHE DE LIENS  : suǝıl
DATE D'INSCRIPTION  : 17/10/2015


MessageSujet: Re: La tempête | 15 Juillet 125, Wanda & Abraham   03.07.16 0:02 par Abraham LandCiter Editer Supprimer 



Résumé
15 Juillet 125, 18h14
Installés dans la chambre de Wanda, ils se mettent à discuter sur la Compagnie et le rôle qu'elle devrait avoir prochainement ...

LA TEMPÊTE

Clan.
C’est aussi comme cela que l’on appelle une famille. Notre famille. La compagnie.
Abraham restait toujours assit sur le vieux lit, coude sur les genoux, les mains serrées entre elle, les yeux pensifs et regardant en direction du sol. Un petit rire et le revoilà avec son visage neutre. Comment on m'a éduqué. Encore un rire sarcastique. Peut être qu'il faisait bien de souffler entre ses dents "On dirait Seis" à cet instant précis. Tout deux à rester sur leur éducation. Wanda est là, installée tout près de lui, à coudre. Son visage a l'air si fatigué, on ne dirait pas qu'ils ont seulement que quatre longues années d'écart. Une association à but caritative et non violente. La phrase peut faire sourire, encore plus lorsqu'elle passe entre les lèvres sèches de Wanda. Non en effet ils ne sont pas comme ça. En fait ils ne sont pas grand chose depuis la mort de l'ancien chef. Et c'est peut être ça le problème.

▬ « Mais vas-y Abraham. Parle et dit moi ce que tu penses, ce que je devrais faire. Pour me faire pardonner de t’avoir coupé la parole. »

Abraham leva la tête dans la direction de la chef. Un bref instant il la scruta du regard, l'observant. Cette femme était arrivée, débarquant, se proclamant chef. Peu de gens semblait lui faire confiance, et pourtant on finissait par l'écouter, la suivre. Abraham est pareil. Il a beau ne pas être toujours d'accord, il était là à la réunion, et en ce moment même il est là, sur son lit, à l'écouter parler. Et elle était revenue sur le fait qu'elle lui avait coupé la parole. Mais Abraham a toujours préféré écouter. Et retenir.

▬ « Oh, ça ? Je m'en fiche. » Un bref instant pour réfléchir. « Si je pouvais choisir, je dirais que j'aimerais être dans ce fameux groupe de personne qui désire simplement améliorer la condition humaine. Mais en fait je ne sais même pas vraiment pourquoi je suis là. C'est ... Venu comme ça. »

Son père était un révolutionnaire, extrême, qui aurait surement plu à Wanda. Le genre à réfléchir vite et bien, à foncer dans le tas. Abraham a les défauts de sa mère. Il pense trop et ça ralenti toujours le groupe.

▬ « Et toi Wanda ? Pourquoi la Compagnie ? »

________________
Mon Image
Hold your colours against the wall, when they take everything away.
She looked into your eyes and saw what laid beneath. Don't try to save yourself.
The circle is complete.


avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« PELAGIA »

MESSAGES  : 223
POINTS  : 1592
PRÉSENTATION   : Par trois fois, il la posséda.
FICHE DE LIENS  : Ses entrailles étaient un brasier d'enfer.
AUTRES COMPTES : Siobhán Balfe.
DATE D'INSCRIPTION  : 01/12/2015


MessageSujet: Re: La tempête | 15 Juillet 125, Wanda & Abraham   02.08.16 18:27 par Marianne FloresCiter Editer Supprimer 


C’est un rictus biaisé soulevant ses lippes dans un coin et allant à soulever cette pommette marqué par une fossette. L’incompréhension du jeune homme. Non de cet enfant. Car Abraham est plus proche de l’enfant qui se cherche encore que de l’adulte posé et qui sait ce qu’il fait. Un choix de vie qui c’est proposé à lui et dont il c’est engouffré dans cette brèche sans réellement savoir. Car de son vivant Angus avait le chic pour vendre des rêves et des utopies mais la face cachée de cette réalité était bien différente. Un homme colérique et grossier qui n’arrivait qu’à se détendre en martelant et attendrissant la chair de ses propres. Combien de fois Wanda avait vu Angus dans l’une de ses fameuses rages car quelqu’un de la Compagnie avait osé le contredire et quand il n’y avait plus d’œil indiscret voilà qu’il venait à frapper encore et encore sa compagne jusqu’à ce que ses phalanges soient en sang. Et osé l’arrêter c’était de la folie. Même si l’on pouvait penser que Wanda était étrange et inquiétante. Elle l’avait apprit à ses dépends il ne faut s’interposer quand on voit cette lueur destructrice dans des yeux. A sa grande surprise elle c’était vu arborer la même depuis qu’elle avait croupit dans la prison humide et infecte de Pelagia. C’est une chose terrifiante et en même temps si jouissif. Comme une soif à étancher et dont on est prêt à tout et même à se faire démembrer rien que pour tenter à la combler. Son coude venait à se poser sur l’accoudoir avant lui-même de venir supporter la carcasse de sa tête.

— Longue histoire. D’abord je n’en avais que faire. Les désires d’Angus et les miens étaient bien différent faut dire. Et même si c’était comme mon petit frère je n’avais pas envie de m’embarquer dans de telle histoire avec lui. Et puis tu sais comment il est. Grande gueule qui trouve les mots qui te font aller dans son sens. Moi j’étais très bien avec mes filles d’hatti. Et puis je me suis allé et je me suis retrouvé dans cette merde sans nom.

Elle marque un temps de silence. Les lèvres se plissent en repensant au passé et tentant de se remémorer de drôle de souvenir. Cri et larme de joie se mélange. Terreur et soulagement se couche dans le même lit. Mais pourtant il y une sorte de dégout qui se lit sur son visage. De la rancune envers cet être qui lui était si proche et à qui elle n’a pas pu dire au revoir. Elle lui en veut d’être partie avant qu’elle ne puisse lui cracher à la figure ses quatre vérités. Elle pense que si elle avait pu le voir rendre son dernier soupire elle aurait était digne de ses filles fragiles que l’on voit dans les films en noir et blanc. Faible. Le sourire aux lèvres. Et la langue acerbe. Avant de finir par un merci. Au moins il n’est pas tombé comme un faible au premier coup. C’est la seule chose qu’elle lui accorde dans sa mort.

— Un jour il avait même eu le toupet de me sortir : « Fait des sacrifices pour la compagnie. Les membres t’en seront revendable et ils te respecteront lorsque tu deviendras chef. » Enfin quelque chose dans le genre. Car quand je suis arrivée il faut dire que pour ceux qui ont débuté bah il me portait pas leur cœur et ceux qui nous ont rejoins après non plus. Combien de fois j’ai pu les entendre chuchoter comme des femmes sur ma présence. A croire que j’étais à leurs yeux la petite rouge. En tout cas si Angus était présent en ce moment je lui claquerais la joue bien volontiers avec ses idées de merde. Faire des sacrifices pour la compagnie j’en ai fais et le résultat est pas présent. Et il avait beau dire merci c’est pas lui qui c’est retrouvé marqué au fer et un polichinelle dans le tiroir….

Voilà qu’elle marmonnait dans ses dents comme un grand père aigri par le temps qui passe et par les fantômes du passé. L’ongle de son pouce venait à se cogner contre ses dents à mesure qu’elle parlait. Plus les mots sortaient de sa bouche plus il se faisait tue. Comme si elle venait à murmurer à son miroir parlant à un double d’elle-même. L’être fort et l’être faible. Faiblesse de l’esprit. Mais lorsque son regard venait à se reposer sur son interlocuteur elle marquait à nouveau un temps de silence. Tentant de se remémorer de ces paroles et cherchant une réponse correcte au lieu de divaguer à nouveau vers des choses dont il n’avait pas à savoir. Parole venant à son esprit. La brune les transforma en verbe et mot réel.

— La compagnie peut avoir plusieurs avenirs. Mais elle va droit dans les fonds marins s’il y a des grandes gueules qui parlent pour rien dire comme aujourd’hui. Contester à tout va et se radoucir n’amènera rien de bon. J’essaye d’être plus compréhensif qu’était Angus mais il faut croire que ça ne sert à rien. La compagnie à un but changer et améliorer ce monde de merde. Mais si on a dans le rang des grandes gueules aux couilles vident ça sert à rien. Et là je peux te dire que depuis que je suis rentrée. Les couilles de pratiquement sont vides. A croire que lorsque le chat n’est pas là les souris dansent… Plein de nouveaux gueules qui n’ont jamais connu la sensation d’un poing qui casse un os et qui pense à leurs petites personnes en oubliant voir même ne sachant pas qu’elle était l’origine de la compagnie. Car bon je me demande combien dans la salle tout à l’heure savaient encore qu’Angus voulait changer Pelagia pour que tous soient égaux sans distinction. Que le docteur touche autant que celui qui ramasse la merde. Qu’il n’y ait pas de privilège donné pour un et pas pour l’autre… Combien on encore cette optique là… j’en ai pas la moindre idée….

________________


« »



MessageSujet: Re: La tempête | 15 Juillet 125, Wanda & Abraham    par Contenu sponsoriséCiter Editer Supprimer 

 
La tempête | 15 Juillet 125, Wanda & Abraham
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La tempête | 15 Juillet 125, Wanda & Abraham
» Quand le vent souffle, la tempête se déchaîne
» Recensement juillet 2010
» Une vraie guerre - Paintball - 2 juillet 2011
» Manifestation FL, le 15 Juillet prochain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Escalus :: 
PELAGIA
 :: Quartier Est :: Hôtel des Parias
-




Ewilan RPG