# Top site 1
# Top site 2
# Top site 3
# Top site 4
# Top site 5
Staff :
# Profil
# Contacter
# Présente
# Profil
# Contacter
# Présent
Prédéfinis : en voir +
   
   
08
08
News — Les groupes : Magnus et La Compagnie sont fermés. Merci de privilégier les autres groupes.
Toutes les informations sont présentes ici.
News du 21/07 — Mise en place de la mise à jour N°9 juste ici ! Les intrigues sont terminées, le système de quête se simplifie et une nouvelle temporalité verra bientôt le jour.
News du 01/05 — Mise en place de la mise à jour N°8 par-là !
News du 01/04 — Mise en place de la mise à jour N°7 par-là ! Apparition du principe des évents ponctuels ainsi que d'un recensement.
News du 01/03 — Mise en place de la mise à jour N°6, ici. Plusieurs petites nouveautés HRP à découvrir, et un recensement qui se profile pour le mois prochain !
News du 01/02 — Mise en place de la mise à jour N°5, ici. Nous recherchons un animateur n'hésitez pas à postuler ! Découvrez un nouveau système de jeu, en vous rendant là.
News du 15/01 — Les intrigues sont lancées ! Pour en savoir plus rendez-vous ici.
News du 01/01 — Mise en place de la mise à jour N°4, ici. Les intrigues de l'an 125 débute à Pelagia. Découvrez un nouveau système de jeu, ici.
News du 01/12 — Mise en place de la mise à jour N°3, ici. Vous retrouverez des jeux et un nouvel univers, ici.
News du 05/11 — Mise en place d'un mini-évent par le membre Siobhán Balfe. Rendez-vous ici !
News du 01/11 — Mise en place de la mise à jour N°2, ici. Vous retrouverez une tombola, ici. Ainsi que la mise en place de divers jeux sur la CB !
News du 15/10 — Réouverture d'Escalus après 1 an d'absence !
LA TRAQUE — feat Leonardo.
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 LA TRAQUE — feat Leonardo.



Anonymous
« Invité »



LA TRAQUE  — feat Leonardo. Empty
MessageSujet: LA TRAQUE — feat Leonardo.   LA TRAQUE  — feat Leonardo. Empty04.09.14 18:57 par InvitéCiter Editer Supprimer 






« LA TRAQUE »
feat Leonardo Gianni.




 “ J’ai passé une journée plutôt banale aujourd’hui. Une journée sans complication, une journée avec un soleil rayonnant, des visages souriants, des marchands contents, des bateaux flottants. Une journée comme je les aime, à me réfugier dans un café boire un verre, passer rendre visite à Ricardo, livrer les pizzas ce midi, sortir au port chercher des commandes, préparer les pizzas du soir, rentrer chez moi tranquillement. Tout était parfait jusque là, tout devait être parfait et il a fallu qu’il gâche tout.

Je reçois un appel. ‘Allo. 15 heures, au squero di san traveso? D’accord.’ Il est midi et je viens de commencer mes heures de boulots, ces heures que je fais depuis des lustres. Chaque jours j’ai l’odeur du fromage qui se glisse dans mes narines, l’odeur de la pâte qui se plie en quatre sous mes doigts, l’odeur des tomates que je découpe minutieusement. Tous les midis, je devais apporter ces cartons de pizza, et tous les midis les gens récupéraient leur carton comme si je l’ai embêté en pleine copulation. Ils sont désagréables, mécréants et inintéressants. Aujourd’hui, tout se passe à merveille, ce qui est surprenant c’est qu’aujourd’hui les gens me lâchent des sourires, me remercient, et me donnent même parfois un pourboire. Il y a des journées comme ça où j’aime mes clients et leur comportement exemplaire malgré qu’ils soient des bouffeurs de pizzas.

Après mon passage au boulot, je profite de l’argent gagné en plus pour aller dans un bar. Le barman prend la peine de discuter avec moi mais les clients arrivent un par un, fusant dans la salle et la remplissant rapidement. Je le laisse donc à ces occupations, je ne voudrais pas l’embêter plus que ça. De toute manière, c’est mon heure habituelle où je consulte le journal pour faire les petites annonces. Je m’empresse de l’ouvrir, de lire avant tout les nouveautés. Je devrais faire une annonce pour une colocation, ça m’arrangerais d’avoir quelqu’un avec moi. Il me faut à présent, trouver la personne qui voudra bien vivre avec moi et qui ne se mêlerait pas de mes petites affaires personnelles. Pour ça, c’est moins facile à trouver. Je feuillète les actualités, je grogne devant la gueule des ffovs, je leur rigole au nez quand je vois leurs idées débiles puis je vais directement à la dernière page pour entourer les annonces qui me conviendraient.

Quand je sors du bar, je me dépêche d’aller au rendez-vous. Je marche tout au bout du port, la où personne ne s’embête à aller. Je regarde autour de moi, il n’y a personne à première vue mais même s’il y a quelqu’un, il ne se douterait pas du contenu que je suis venue récupérer. Orazio fait son entrée en trombe. Il me serre la main, il me connaît depuis toujours, c’était le meilleur ami de Tonio. Au lieu de rester à Venise, il s’est réfugié à Florence pour ne voir la ville se perdre. Il continue tout de même à m’aider pour le commerce des armes étant l’ancien collègue d’Antonio. Il n’a jamais été au courant de mon passé, en tout cas, c’est ce qu’il me raconte.

« Comment tu vas ma grande? Je ne te demande pas des nouvelles de Venise, cette ville me répugne. Passe à Florence un de ces quatre, Claudio est passé me rendre visite lui! »

Quatre-vingt quatre ans et toujours toutes ces dents. Il a de la barbe blanche qui descend de cinq centimètres, il porte des bretelles et un béret sur la tête. J’adore cet homme et ces costumes de campagnard. Parfois, pour se faire beau il porte un noeud de papillon. Quand il rencontre une femme, quand il va au restaurant, quand il va à la banque. Il pense que le noeud de papillon va supprimer son côté vieux paysan. En tout cas, sa prestance ne montre pas du tout un gars bossant dans la contre-façon, la vente d’arme et personne ne doit se douter qu’il a été longtemps un aventurier à la recherche de nouveaux délits à commettre. Il a connu Basil Zaharoff, le grand marchand d’arme durant la première guerre mondiale. Orazio a toujours caché son identité, personne n’a jamais su qui il a été sauf bien sûr ces proches ayant travaillé avec lui.

Je rentre, heureuse de la livraison que vient de m’offrir Orazio. Je me trimballe donc avec un chariot rempli de gros cartons représentant douze mille euros d’armes à feu. Des AKM-59, des Derringers, des Remingtons, et des Colts. De quoi alimenter toute la bande que nous essayons de réveiller de ses carcans. Quand nous arriveront à rassembler assez de monde, nous pourrons sortir les armes et crier victoire d’avance. Enfin, je l’espère. Pour le moment, nous ne sommes qu’à la première partie, le recrutement.

Je rentre les bras pleins, je dépose un a un les cartons à l’intérieur de la maison et je les met sur le côté. Plus tard, je les mettrais dans la cave mais je n’ai pas la force de les descendre un a un en montant et en descendant les escaliers. Alors je m’en vais manger, mettre de la musique, danser tout en fumant. Quelle journée parfaite.



 © mei


Saül Darwin
« SELF MADE MAN RAG »

MESSAGES  : 1083
POINTS  : 2139
PRÉSENTATION   : Better Call Saül
FICHE DE LIENS  : I’m not as comfortable being powerless as you are
AUTRES COMPTES : /
DATE D'INSCRIPTION  : 17/08/2014


LA TRAQUE  — feat Leonardo. Empty
MessageSujet: Re: LA TRAQUE — feat Leonardo.   LA TRAQUE  — feat Leonardo. Empty05.09.14 13:31 par Saül DarwinCiter Editer Supprimer 

La Traque

Avec Kamelia Krysalis

Septembre 2o14, 17h11.

La gestion de son temps était la clé  dans le métier de mercenaire. Savoir quoi faire et quand le faire. Leo n’avait pas de couverture, ceux qui avaient déjà eu à faire avec lui savait qui il était et pour qui il travaillait, tout ceux qui connaissaient quelqu’un qui l’avait rencontré. Il ne s’en cachait pas vraiment, puisque malgré ça il réussissait dans son boulot. Et s’il l’avait souhaité, il aurait pu prendre une nouvelle identité. Selon lui, c’était la première stratégie de ne pas cacher qui l’on est pour un espion. De fait, son nom était un minimum connu.
Malgré tout, il ne le balançait pas à tous les inconnus, sans pour autant mentir sur ce dernier – encore une des rares choses sur lesquelles il est sincère. Mais le b.a.-ba du « métier » de Leonardo se situait quand même dans sa capacité à être discret. Il était loin d’être mauvais, et avec son charme il arrivait toujours à trouver de quoi répondre si jamais il se faisait prendre.  

Aujourd’hui, Leo avait décidé d’utiliser son temps pour une affaire personnelle – mais qui lui servirait également dans son travail si elle aboutissait comme il le souhaitait. Du temps perdu, potentiellement recyclable, donc. Il l’avait déjà traquée, cette jeune fille. Il s’était renseigné sur elle comme il avait pu. Mais malgré cela, il restait pas mal de mystère qui planait. Les Disorders n’étaient pas un groupe facile d’accès, même pour quelqu’un qui a des contacts. Il avait déjà fait la rencontre de certains membres, voire était « ami » avec eux. Mais elle, sa jeunesse et sa rage l’intriguait trop pour la laisser passer dans les mailles du filet, et n’en avoir rien à faire. Au fond, elle n’était qu’un membre de plus.

Cela faisait un mois qu’il avait rencontré Kam, ou plutôt Kamelia, même si au fond il n’était pas sûr que ce soit son vrai nom. Il y a deux jours, ou trois, il l’avait vu traîner avec des types pas très nets, qui faisaient sûrement affaire dans le trafic d’armes ou de drogues. Au début, son âge et sa beauté l’avait poussé à croire qu’elle était une des prostitués utilisées pour renflouer les caisses du groupe tout juste mort. Mais elle semblait avoir un peu plus de jugeote que ça, et surtout, elle ne se laissait visiblement pas approcher par les hommes. Léger souci pour un tel métier. Il l’avait suivi, mais avait finalement perdu sa trace. Et aujourd’hui, un indic l’avait contacté pour lui dire qu’il l’avait aperçu à San Trovaso. Il l’avait retrouvée, et surtout suivie jusque dans une maison. Elle avait des cartons plein les mains.

En réussissant à se faufiler, Leonardo avait pu entrer, tout doucement. Il la voyait, elle était de dos, dans sa cuisine. Un coup d’œil pour voir s’ils étaient bien seuls, et Leo passa à l’action. Il avait de quoi l’embêter un peu et de quoi se défendre, rester là à l’épier ne servait à rien.
“Alors c’est là ta… maison ? Planque ? C’est plutôt pas mal.” Ses yeux glissaient sur tous les murs, observant tous les recoins pour trouver un petit quelque chose qui dénoterait. “Oh, pardon, quel malpoli. Tu as besoin d’aide pour les cartons ? Ça pèse toujours un peu lourd, une cargaison d’armes, non ?” Il souriait à pleine dents, fier de sa trouvaille. “Je ne te veux pas de mal tu sais, deal autant que tu veux, j’ai pas forcément envie de te faire couler.” Il s’assit sur un fauteuil qui n’était pas loin, presque convaincu qu’il aurait droit à un peu de répit, mais au fond il rêvait déjà les yeux grands ouverts.


________________
Saül batifole en #778899


Dernière édition par Leonardo Gianni le 02.10.14 16:54, édité 1 fois

Anonymous
« Invité »



LA TRAQUE  — feat Leonardo. Empty
MessageSujet: Re: LA TRAQUE — feat Leonardo.   LA TRAQUE  — feat Leonardo. Empty05.09.14 14:10 par InvitéCiter Editer Supprimer 






« LA TRAQUE »
feat Leonardo Gianni.




 J’arrête de danser quand j’entends la voix d’un homme dans mon salon. Lorsque je me retourne, j’aperçois Leo assis sur mon fauteuil comme un patron qui s’apprête à fumer son cigare. Il regarde de haut en bas ma maison. Il ne devait pas s’attendre à y voir une aussi grande, il devait penser que je vivais dans de piteux état, sans presque aucuns meubles ni même de télé. Et non, raté! Mais. Qu’est-ce que j’en ai à faire de ce qu’il pense, de ce qu’il dit. Il est chez moi sans aucune raison. Chez moi alors que je l’avais menacé. Leonardo Gianni. Et oui, moi aussi je me suis renseignée. Je me demande pourquoi je n’ai pas pensé plutôt à un membre de ffov. Je suis restée longtemps stupide à croire qu’il faisait partie du personnel de police, avec Xavier, à croire qu’il était l’un de ses collègues. J’avais tout faux alors que la réponse me sautait aux yeux. Il prend un air surpris, comme s’il avait oublié quelque chose. Il pointe les cartons du doigt, et me fait comprendre qu’il connait le contenu. Son taux de survie baisse à chaque fois qu’il ouvre sa bouche. Surtout qu’après cette remarque stupide sur mon trafic il pense être tranquille et abordait un sourire. Premièrement il s’introduit chez moi, deuxièmement il m’a espionné, troisièmement il connaît mon trafic. Je ne réfléchis pas plus longtemps que ça et je lui jette un couteau de cuisine à une vitesse grand V. Il regarde le couteau qui vient d'arriver juste à côté de lui avec étonnement puis me regarde de nouveau. Et oui, je sais magner les armes à feu, mais j’ai appris à me défendre avec une arme blanche avant de rentrer dans la cours des grands. Mon niveau de lancée n’a pas baissé d’un poil depuis la dernière fois que j’ai fait du tir à l’arc. Tant pis pour le fauteuil, je ne l’aimais pas de toute manière. Par contre je n’ai pas de sous pour en racheter un autre alors je ferais avec pour le moment. Je me sens soulagée pour une chose, ne pas avoir rangé les cartons à leur place. Il était certainement la depuis le début et il aurait vu où j’entreposais tout mon matériel. J’aurais pu atteindre son front, son coeur, son épaule, mais non je suis trop bonne. Je vais l’écouter parler ce garnement. Niveau filature il est fort, mais en ce qui concerne son débit de parole pour un espion, il est bidon. Il aurait pu tomber sur quelqu’un qui n’aurait pas pris la peine de l’écouter et depuis, il serait déjà mort. Tiens, Tonio par exemple, il en n’aurait fait qu’une bouchée de sa gueule d’ange. Je m’approche alors de lui, avec un autre couteau dans les mains, je ne voudrais pas me retrouver inférieur à lui et me faire attaquer dans ma propre maison. Je m'approche de lui avec un nouveau couteau vu qu'il a récupéré celui à ses côtés voyant que je ne comptais pas rester sur place. Mon visage au dessus du sien, je place mon couteau sous sa gorge, et il fit de même. Il ne me fait pas peur, il a beau être un espion hors pair travaillant pour ffov, j'ai été entraînée par Tonio et rien ne vaut un entraînement avec lui.

« Je pensais pas que tu prendrais la peine de me revoir, amigo. »

Je lui souris malicieusement. J’ai passé une journée super, il ne me gâcherait pas ce plaisir-là. Maintenant que je sais qui il est et pour qui il travaille, je ne me laisserais pas aussi facilement faire par lui que la dernière fois. Il s’est permis beaucoup de chose il y a un mois qui ne se reproduira pas ce soir-là. J’étais tranquillement en train de danser sur la bande originale de Pulp Fiction qui continue de tourner en boucle, et il est venu couper ce super petit moment en tête à tête avec ma bonne humeur. Cette dernière est parti se cacher sous le canapé quand il est arrivé dans mon champs de vision, j’attends à présent qu’elle revienne sinon je vais faire des ravages.  



 © mei


Saül Darwin
« SELF MADE MAN RAG »

MESSAGES  : 1083
POINTS  : 2139
PRÉSENTATION   : Better Call Saül
FICHE DE LIENS  : I’m not as comfortable being powerless as you are
AUTRES COMPTES : /
DATE D'INSCRIPTION  : 17/08/2014


LA TRAQUE  — feat Leonardo. Empty
MessageSujet: Re: LA TRAQUE — feat Leonardo.   LA TRAQUE  — feat Leonardo. Empty06.09.14 22:12 par Saül DarwinCiter Editer Supprimer 

La Traque

Avec Kamelia Krysalis

Leonardo savait très bien qu’il venait de se mettre dans une situation dangereuse. Il lui ouvrait toutes ses cartes sans prendre de pincettes, et il savait que ça lui vaudrait un bras ou deux. Mais il voulait voir jusqu’où elle irait, le cran dont elle pourrait faire preuve. Elle était une de ces rebelles, elle ne devait pas l’être pour rien, alors autant tester sa limite – à supposer qu’il y en a une. Mais Leo n’était pas un abruti pour autant, il savait se défendre et n’hésiterai pas à prendre la fuite en courant s’il en aurait besoin. Mais en attendant qu’elle ne réagisse, il continuait d’observer cette grande maison digne d’une fille à papa, et il se posa pas mal de questions.

“C’est marrant, j’aurais pas dit que tu étais une fi-” C’est le couteau qui l’arrêta dans sa phrase. A peine le temps de faire ouf, s’il avait voulu l’esquiver il n’aurait sûrement pas réussi ; heureusement pour lui, elle ne l’avait visiblement pas visé, lui. Il fixa des yeux le couteau et se retourna vers Kam la bouche ouverte, surpris. Elle savait ce qu’elle faisait avec une arme, la gamine. Il saisit la lame en se levant du fauteuil, qu’il retire presque avec difficulté et se retourna tout en regardant le couteau. “Pas mal, c’est du joli ! Tu as appris ça où, en prison ? Avec ton groupe ? Un entraîneur particulier ?”

Et elle se jeta sur lui. Leo n’était pas du genre rapide, et il avait d’assez mauvais réflexes, sauf pour se cacher. Quand le couteau lui arriva sous la gorge, il ne put que faire de même, mais elle était plus petite donc c’était difficile. Il ne tiendrait pas comme ça. “Comment ça, ne pas te revoir ? Tu rigoles, j’attendais que ça !” Il souriait, la tête penchée, inclinée de force par Kam et surtout par sa lame. La sienne, il l’avait enlevée, et avait levé les bras en l’air en signe de reddition. “Allons, pas de bobos nécessaires. Je te l’ai dit, je ne suis pas venu en ennemi, pourquoi tu me crains tant que ça. Je refuse de croire que tu aies peur, si ?”

C’était presque trop facile. Il savait très bien qu’elle réagirait à cette pique, qu’elle bougerait. Mais sans attendre pour autant une quelconque réaction, il réussit à bouger rapidement sa tête pour esquiver le couteau et ainsi, avec sa main, lui attraper la sienne pour éviter qu’elle ne le tranche en deux. Il la maîtrisait à peu près, mais il avait maintenant une petite égratignure sur le cou, cela avait été inévitable. Il avait d’ailleurs en quelque sorte gémit quand il s’était sorti de cette situation avec cette petite encombre. Il détestait se « blesser ». “Tu veux pas arrêter de jouer la dure deux minutes ? C’est pour parler affaires que je suis venu. Crois-moi, t’es pas en toute sécurité. Et que tu le veuilles ou non, je suis en position de t’aider.”

Rien de mieux qu’un petit mensonge pour capter l’attention de quelqu’un, c’était définitivement quelque chose que Leonardo avait appris, et c’est ce qui lui donnait cet air aussi sérieux et convaincu dans tout ce qu’il disait.


________________
Saül batifole en #778899

Anonymous
« Invité »



LA TRAQUE  — feat Leonardo. Empty
MessageSujet: Re: LA TRAQUE — feat Leonardo.   LA TRAQUE  — feat Leonardo. Empty07.09.14 19:41 par InvitéCiter Editer Supprimer 






« LA TRAQUE »
feat Leonardo Gianni.




 Il leva les bras pour me faire comprendre qu’il n’ai pas venu ici pour se battre. Je ne sais pas ce qu’il est venu chercher, mais je ne lui offrirais pas ce qu’il est venu chercher. Je ne fais pas confiance aux membres de ffov. Si je dois lui rendre service, c’est à une seule condition. Et celle-ci ne lui conviendra pas je pense, à moins qu’il soit amoureux de moi, chose qui n’arrivera sûrement jamais. Je me tais, je n’ai pas besoin de lui révéler mes intentions. Je veux les secrets de l’entreprise, leur faille, leur employés, leur horaires. Un jour, je parviendrais à connaître tous les moindres détails concernant ffov.

« Allons, pas de bobos nécessaires. Je te l’ai dit, je ne suis pas venu en ennemi, pourquoi tu me crains tant que ça. Je refuse de croire que tu aies peur, si ? »

Il croit vraiment que sa remarque m’affectera? Que je serais sensible à ses allusions? Je n’en ai rien à faire de ce qu’il veut et il peut penser ce qu’il veut, penser que j’ai peur, penser que je le crains, je m’en fiche. Tout ce que je désire, c’est le voir disparaître de mon salon, de mon jardin et de ma maison. Je ne veux plus qu’il soit dans mon champs de vision et le cours de ma vie pourra reprendre tranquillement.

Alors que je comptais récupérer mon couteau encore dans sa main, c’est lui qui attrape le mien en premier d’un mouvement fluide et rapide. Il attrapa ma main pour cela et la maintenait avec force. Je me retrouvais alors nez à nez avec lui et je me retins de lui mettre un coup de tête. Je cherche tout de même à me défaire de son étreinte.

« Lâche moi ! »

Je me débat sans grand succès. Je vais vraiment finir par devoir passer au coup entre les jambes s’il continue de me tenir ainsi. Me savoir aussi proche de lui ne me plait pas.

« Tu veux pas arrêter de jouer la dure deux minutes ? C’est pour parler affaires que je suis venu. Crois-moi, t’es pas en toute sécurité. Et que tu le veuilles ou non, je suis en position de t’aider. »

Moi? En Danger? Je le bat à coup de fer brûlant au visage, le danger, je l’étouffe et le noie dans les marécages, je m’en débarrasse aux ordures. Je sais bien depuis longtemps que je ne suis pas en sécurité, il ne me cache rien. Le danger, c’est lui. Je serais toujours en danger si je commence à écouter les sordides d’un membre de ffov.

« Je n’en ai que faire de ton aide, Léo. »

Je le regarde dans les yeux, je ne souris plus depuis qu’il m’a prit mon couteau. J’attends tout bonnement qu’il me lâche de ses mains qui me font mal aux poignets. Je ne le montre pas bien sûr, tout ce que je montre, c’est mon indifférence par rapport à ce qu’il me dit et ma colère par rapport à sa présence dans mon antre.



 © mei


Saül Darwin
« SELF MADE MAN RAG »

MESSAGES  : 1083
POINTS  : 2139
PRÉSENTATION   : Better Call Saül
FICHE DE LIENS  : I’m not as comfortable being powerless as you are
AUTRES COMPTES : /
DATE D'INSCRIPTION  : 17/08/2014


LA TRAQUE  — feat Leonardo. Empty
MessageSujet: Re: LA TRAQUE — feat Leonardo.   LA TRAQUE  — feat Leonardo. Empty08.09.14 23:00 par Saül DarwinCiter Editer Supprimer 

La Traque

Avec Kamelia Krysalis

Elle était entre les bras de Leonardo, et il avait même réussi à la désarmer. Il ne pouvait rêver mieux, même si elle n’était pas réceptive à ses petites piques (ou du moins, le faisait croire). Mais ça ne change pas grand-chose, elle n’est pas plus ouverte pour autant au reste non plus. Il ne savait pas vraiment quoi faire d’elle. Qu’est-ce qu’il voulait au juste ? Simplement assouvir sa curiosité ? L’utiliser parce que les Disorders peuvent être d’intéressants alliés ? Lui-même était dans le flou, vu la façon dont elle le fuyait – non pas physiquement, mais elle s’entêtait à ne pas vouloir entendre quoi qu’il lui dise – il en conclut qu’elle avait une haine visiblement viscérale pour la FFOV, ce qui n’allait pas aider. Et ça, il fallait y remédier.

“Parfait, c’est comme tu veux ! Fais-toi bouffer par la FFOV.” Il lui lâchait les mains d’un coup, tout en se reculant légèrement pour ne plus être à porter d’un poing perdu. Il rangea le couteau qu’il avait gardé dans une poche intérieure de sa veste et jeta l’autre par une fenêtre ouverte. “Tu sais, je veux bien être gentil deux minutes, mais si tu ne veux pas d’aide et faire ta belle, vas-y. Mais arrête de me prendre pour un ennemi.” Il s’alluma une cigarette sans trop la perdre du regard, pour contrer un bazooka qui sortirait de derrière son oreille, elle qui était visiblement assez grande pour se procurer un bon nombre d’armes.

Crachant sa fumée, il sortir un petit carnet sur lequel il griffonna un numéro. Le sien. “Tiens, quand tu seras d’accord pour coopérer, préviens-moi. Et si tu veux un conseil, gratuit celui-là, n’oublies pas qu’il existe des infiltrés partout. La FFOV, moi, je les emmerde.” Un petit cri de guerre des Per Venezia serait divinement bien placé, mais comme il n’en connait pas, il se contenta de murmurer tout juste assez fort pour qu’elle entende : “Et maintenant je dois aller dire à Icaro de lui envoyer plus de protection… Tssss…”

Mentir était la seule chose qu’il savait faire. Parfois ça payait, parfois non. Il espérait qu’elle serait assez perturbée ou curieuse pour le retenir, demander des détails… Mais comme rien ne semblait prévisible avec cette jeune effarouchée, il n’y contait pas trop forcément pour autant. C’est pour cela qu’il avait plongé sa main gauche dans une poche de son pantalon. Si elle n’était pas coopérante pour permettre à Leo d’en apprendre plus, il serait obligé de la forcer. Et pour ça, il n’y a que ce qu’il cache au creux de sa main qui pourra l’y aider. Rhâ, que ferait-il sans cette douce Damiana et ses inventions ?


________________
Saül batifole en #778899

Anonymous
« Invité »



LA TRAQUE  — feat Leonardo. Empty
MessageSujet: Re: LA TRAQUE — feat Leonardo.   LA TRAQUE  — feat Leonardo. Empty09.09.14 1:19 par InvitéCiter Editer Supprimer 






« LA TRAQUE »
feat Leonardo Gianni.




Leo joue les alliés, je regarde le couteau volé à travers la fenêtre. Je ne sais pas s’il dit la vérité mais je n’ai plus rien à perdre à présent. Je roule des yeux, il a fini par le lâcher et mes mains sur les hanches, je reste plantée en face de lui, le regard soupçonneux. Il cache quelque chose bien sûr mais je ne sais pas quoi. Je le découvrirai bien assez tôt, en attendant, je tente de l’écouter. Je m’impatiente lorsqu’il s’allume une cigarette en plus de ça, il me donne envie de fumer. Je fume toujours quand je suis énervée, ça me détend mais je ne peux pas lâcher une seule seconde Leo de mes yeux de peur qu’il fasse quelque chose derrière mon dos. Ce gars est malsain, ça se voit à son sourire, à sa coupe de cheveux et à ses airs de mec qui se prend pour le plus charismatique de la ville. Je lui raserais bien sa barbe tiens, dans son sommeil puis me cacher dans son armoire pour le voir pleurer le matin.

Monsieur est membre de la ffov mais il dit ne pas l’être. L’entreprise est bien trop puissante pour embaucher des traîtres et des faux employés. Je pense qu’il me baratine mais il ne me reste plus que ça à faire pour qu’il s’en aille puisque la violence ne fonctionne pas avec lui. A croire qu’il est masochiste et que c’est ce qu’il recherche en venant ici.

Il griffonne sur un papier, je ne dis toujours pas un mot, je préfère me taire pour que tous passe plus vite. La musique s’est arrêtée et j’entend la cocotte minute qui siffle. Je ne fais rien pour aller l’éteindre. Il me passe son numéro de téléphone. Je regarde le papier puis je relève la tête vers lui, toujours une main sur les hanches. Je hausse un sourcil puis les fronce.

« C’est le pire plan de drague qu’on a pu me faire. »

Je me met à rire, je ne sais pas si je dois déchirer ce papier devant ces yeux ou non. Pour ne pas avoir plus de soucis avec lui, je le glisse dans ma poche arrière. A mon avis, je vais l’oublier et puis ce pantalon va finir à la machine et quand je retrouverais le bout de papier mâché, je rigolerais en me rappelant la scène. Oui voilà, c’est comme ça que ça va se passer.

« Si tu as quelques choses à me dire, dis le moi maintenant qu’on en finisse. »

Je finis par m’assoir, toujours en le dévisageant, je glisse ma main dans mon sac, j’en ressort mon paquet de cigarette et le briquet qu’Adrianna m’a offert à notre dernière sortie.



 © mei


Saül Darwin
« SELF MADE MAN RAG »

MESSAGES  : 1083
POINTS  : 2139
PRÉSENTATION   : Better Call Saül
FICHE DE LIENS  : I’m not as comfortable being powerless as you are
AUTRES COMPTES : /
DATE D'INSCRIPTION  : 17/08/2014


LA TRAQUE  — feat Leonardo. Empty
MessageSujet: Re: LA TRAQUE — feat Leonardo.   LA TRAQUE  — feat Leonardo. Empty12.09.14 14:58 par Saül DarwinCiter Editer Supprimer 

La Traque

Avec Kamelia Krysalis

Visiblement, ce qu'il avait dans sa poche ne lui servirait pas pour le moment. Il sortit donc sa main sans rien dire de plus, pour la laisser se poser près du reste de son corps et se mit à rire. Un plan drague, sérieusement ?... Il te manque une bonne dizaine d'années pour que tu sois intéressante ma grande. Et visiblement un peu d'expérience si tu penses que ça, c'est de la drague !” Ses sourcils venaient frôler là où naissaient ses premiers cheveux tant il était atterré par une telle conclusion. Il en leva même le doigt dans sa direction, comme pour pointer la coupable. Elle est presque mineure, ça reste un crime après tout.

Il venait de finir sa cigarette et chercha un cendrier du coin de l’œil, qu'il finit par trouver pas bien loin. Il y jeta la clope, qui réussit à tomber en plein dedans, et releva les yeux comme s'il était habitué à toujours réussir ce petit coup-là (qui était pourtant un exploit pour cet homme si maladroit). Il passa sa main dans les cheveux avant de reprendre la parole. “Je viens de te le dire, tu ne devrais pas tant rechigner à un peu d'aide. J'imagine que tu connais assez de gens pour te protéger d'un côté, puis t'as l'air du genre à savoir te dépatouiller... Mais ils cherchent à contacter les disorders. Ils ont besoin d'armes, et visiblement, c'est toi qui fait le transit.” Levant ses épaules, il remit ses mains dans ses poches.

Il n'avait plus grand chose à faire ici si elle ne coopérait pas, alors il commença à avancer vers elle. “Tu les déteste, non ? La FFOV. Pourquoi ?” Il fallait bien qu'il tâte le terrain pour imaginer le risque qu'il encourrait avec elle... Il n'avait pas envie d'en apprendre un peu plus, de la comprendre. Il aimait ça après tout, savoir. Et quand on le fuyait, il ne pouvait que courir plus vite vers cette personne. C'était une réaction stupide, dangereuse, mais qu'i ne contrôlait pas vraiment. Puis s'il arrivait à savoir ce qu'elle avait contre sa compagnie, Leonardo pourrait réfléchir au meilleur moment pour prendre la fuite et sauver sa peau. “Enfin... de toute façon tu ne me diras rien hein, t'as pas confiance. Je dois faire quoi, pour la gagner ?”

Quand il lui parlait, il la regardait de haut en bas. Elle était trop jeune et il ne la draguait pas, il l'avait bien dit, mais au fond il ne dirait pas non dans l'idée d'être l'équivalent d'une couguar. Ne serait-ce qu'une fois.


________________
Saül batifole en #778899

Anonymous
« Invité »



LA TRAQUE  — feat Leonardo. Empty
MessageSujet: Re: LA TRAQUE — feat Leonardo.   LA TRAQUE  — feat Leonardo. Empty12.09.14 18:22 par InvitéCiter Editer Supprimer 






« LA TRAQUE »
feat Leonardo Gianni.




Il se moque de moi, il pense que mon âge joue un rôle majeur dans ma vie sexuelle. Il me ricane au nez et me pointe du doigt comme s’il montrait un chiot face à un chien de garde. Je fronce les sourcils. Sa remarque ne me plaît pas du tout, on dirait qu’il se croit supérieur à moi. Je sais comment les hommes draguent les femmes, merci, je n’ai pas besoin que tu en rajoutes une couche surtout que ce n’était qu’une blague. Oui avec mon air toujours très sérieux en sa présence, on ne pense pas forcément que je blaguais mais c’était pour le cas alors son discours à deux balles sur les plans drague et mon âge, il peut le garder pour lui, je n’en ai pas besoin. En faite, je n’ai pas besoin de lui tout court, il me pourchasse presque sans raison, je ne sais pas vraiment ce qu’il veut ni ce que je veux. Après tout, nous n’étions que deux joueurs de poker au début puis il s’est vite comporté de manière abjecte et insouciante. Je ne pourrais sûrement ne jamais lui faire confiance.

Il commence à me faire un exposé de la situation actuelle que je connais déjà que trop bien. Je commence à perdre un peu le file de la conversation quand il parle à la troisième personne du pluriel. Je ne sais de qui il parle, ce qu’ils veulent ni le pourquoi du comment. Je le stoppe dans sa lancée. Mes bras entrelacés de défont et je porte l’une d’elle pour arrêter net la conversation.

« Non mais stop. De qui tu parles ? »

Après cette histoire, il commence à me parler des FFOV, cette entreprise minable qui ne sert qu’à détruire tout ce qui est déjà construit. Il veut savoir pourquoi je les déteste ? Pourquoi je le déteste aussi ? Car il n’échappe pas à la règle, il est comme tous les autres et même peut-être pire puisque c’est le seul avec qui j’ai eu des embrouilles jusque-là. Au moins, il ne se fait pas de faux espoirs et pour une fois, ne va pas plus loin dans ces questions. Comme si j’allais lui révéler mon histoire, car oui mon choix de faire partie des disorders raconte l’histoire de ma vie. Celle remplie de secrets, de forces, de courages et de luttes acharnées.

Il s’est permit de me regarder de haut en bas alors je me rapproche encore plus près de lui et leva les yeux pour laisser apparaitre un grand sourire malicieux.

« Non, je ne dirais rien. »

J’avais repérais qu’il trifouillait quelque chose dans sa poche. Tonio m’a appris à être vigilant de tous les faits et gestes de mes ennemis c’est bien pour ça que je tente de m’en rapprocher le plus possible afin de savoir ce qu’il me prépare comme coup.


 © mei


Saül Darwin
« SELF MADE MAN RAG »

MESSAGES  : 1083
POINTS  : 2139
PRÉSENTATION   : Better Call Saül
FICHE DE LIENS  : I’m not as comfortable being powerless as you are
AUTRES COMPTES : /
DATE D'INSCRIPTION  : 17/08/2014


LA TRAQUE  — feat Leonardo. Empty
MessageSujet: Re: LA TRAQUE — feat Leonardo.   LA TRAQUE  — feat Leonardo. Empty13.09.14 17:51 par Saül DarwinCiter Editer Supprimer 

La Traque

Avec Kamelia Krysalis

Enfin, il avait un peu les rennes en main. Enfin, elle n'avait pas réponse à tout et Leonardo pouvait reprendre sa place de dirigeant qu'il croyait toujours si naturelle. Lorsqu'elle s'interrogea sur ces "ils", Leo se mit bien entendu à esquisser un sourire. Laisser durer le plaisir, ou lui couper l'herbe sous le pied, il ne savait pas vraiment pour quoi il fallait opter. Elle n'était toujours pas plus coopérative à ne pas vouloir répondre aux question, et elle se rapprochait même dangereusement. Leonardo serrait ce petit quelque chose dans sa poche et lui répondit en même temps. “Attends, toi tu ne me réponds pas, mais moi je devrais tout te dire ?”

Il esquissa un sourire et la regardait dans le blanc de l'oeil, avant que son regard ne se perde dans ses cheveux de feu. Elles étaient nombreuses, ces femmes de flammes, et il avait toujours aimé cela. Oui, juste une nuit, il ne dirait pas non. Ca ferait un nom de plus dans son carnet, en plus. Mais bon, comme il était presque foutu à la porte il y a deux minutes... “Tu rêvais que je parte, alors ne joue pas la curieuse maintenant. Retiens juste que t'es pas en sécurité, peut-être que si la prochaine fois tu vises mieux, tu resteras en vie.” Il lui fit un clin d'oeil pour la provoquer un peu et se décala vers la droite pour la contourner.

Tout en étant prêt à sortir son trésor de sa poche s'il en avait besoin, il la prit par l'épaule d'une main, comme pour la décaler afin de le laisser passer, et commença à se diriger pour de bon vers la sortie. Visiblement, ce ne serait de toute façon pas pour cette fois. Il avait tout le temps de la recroiser par "hasard", de toute façon. La prochaine fois, il la torturerait sûrement un peu plus. “Quand tu voudras vraiment plus d'infos... Tu as mon numéro. Le perd pas ma jolie, tout le monde n'y a pas droit.”


________________
Saül batifole en #778899

Anonymous
« Invité »



LA TRAQUE  — feat Leonardo. Empty
MessageSujet: Re: LA TRAQUE — feat Leonardo.   LA TRAQUE  — feat Leonardo. Empty23.09.14 16:41 par InvitéCiter Editer Supprimer 






« LA TRAQUE »
feat Leonardo Gianni.








Je n’eu pas le temps de voir ce qu’il y avait puisque c’est à ce moment-là qu’il décide de prendre la fuite. Après m’avoir révélé quelque chose, il s’en va alors sans rien me dire de plus. Information inutile, donc. Ce n’est pas pour rien qu’il s’arrête là, il attend que je lui donne une information à mon tour pour me révéler la sienne. Je lève les yeux aux ciel, il est en train de partir. Il me prend par les épaules pour pouvoir passer et lorsqu’il est devant la porte, prêt à disparaitre dans la nuit noir je l’arrête. J’ai besoin de savoir qui sont-ils, pourquoi il me parle d’eux, qu’ont-ils de si important. Il doit y avoir une raison pour avoir fait tous ce chemin pour me dire seulement ça alors je vais lui donner ce qu’il veut. Je vais répondre à sa question même si elle est personnelle je préfère ça plutôt qu’une question sur les disorders. Je ne prendrais pas le risque de lui révéler une information sur le groupe. Puis de toute manière, il vaut mieux qu’il ne soit au courant de rien s’il ne veut pas être traquer en retour. Le traqueur traqué. Ce serait sûrement le comble pour lui, un espion qui se retrouve traqué. Pour moi, ce serait marrant, ça c’est sûr.

« Attends. »

Il se retourne. Il me regarde de nouveau dans les yeux. Allez Kam, dis lui, c’est la seule solution pour qu’il te dises entièrement ce qu’il s’apprêtait à te dire. Souffle un bon coup, respire lentement, et explique lui pourquoi tu hais tant la ffov, pourquoi tu veux absolument l’arrêter et pourquoi il t’es impossible de partir de chez les disorders, ose dire tes soucis à un pauvre inconnu qui te harcèles. De toute manière, il faut bien que quelqu’un le sache, tant pis si ce n’est pas la bonne personne, ça fait du bien de cracher à la gueule de quelqu’un ces petits secrets. Rien que les petits. J’en ai marre d’entendre sans cesse ‘ qu’est-ce qu’il est arrivé à tes parents ‘ quand je ne connais pas la réponse, j’en ai eu marre de subir les ‘ c’est ton grand-père ce mec là ‘ lorsqu’on parlait de Tonio. J’en ai marre de ne rien savoir sur mon passé, de ne rien savoir sur mon identité, mais cette haine pour la ffov m’aide à garder ma vraie identité en vie, cette bataille m’aide tout simplement à ne pas laisser filer mon passé, c’est la seule chose qui me rattache à la petite fille que j’étais avant.

« Je vais te dire pourquoi je hais tant la ffov. »

Concentration ultime. C’est le moment. Je ferme les yeux deux secondes, je me mord la lèvre et réouvre mes yeux. Mon souffle est irrégulier. Je n’ai pas l’habitude de me retrouver dans ce genre de situation. Avec lui, je me retrouve toujours dans des situations inhabituelles, il a le tic de me faire perdre la raison. Je ne suis pas habituée à ce que quelqu’un s’intéresse à moi de cette manière.

« Mes parents sont morts à cause d’eux, je n’ai aucun souvenir de mon enfance et je sais qu’ils en sont les raisons. »

Ça me fait bizarre de dire ça, de l’avoir dit à voix haute. Je m’assois alors, j’ai les jambes qui commence à trembler, je tripote mes doigts nerveusement.

« Je ne sais pas si tu sais qui était Tonio, c’était l’ancien trafiqueur d’arme des disorders et aussi.. Mon tuteur. Il est mort il y a cinq ans. A ce qu’il paraît, c’est d’une crise cardiaque mais je n’y crois pas vraiment. Je découvrirais ce qu’on lui a fait, pourquoi et par qui. »

Je me suis lâchée, je me suis confiée. Je fais tout de travers, comme d’habitude. Normalement, on se confie à son meilleur ami, à une personne proche, mais pas à un gars qui te fais du chantage ou te menaces.

« Maintenant dis moi de qui tu parles, échange de bons procédés. »



 © mei


Saül Darwin
« SELF MADE MAN RAG »

MESSAGES  : 1083
POINTS  : 2139
PRÉSENTATION   : Better Call Saül
FICHE DE LIENS  : I’m not as comfortable being powerless as you are
AUTRES COMPTES : /
DATE D'INSCRIPTION  : 17/08/2014


LA TRAQUE  — feat Leonardo. Empty
MessageSujet: Re: LA TRAQUE — feat Leonardo.   LA TRAQUE  — feat Leonardo. Empty02.10.14 17:06 par Saül DarwinCiter Editer Supprimer 

La Traque

Avec Kamelia Krysalis

“Attends.” Comme si maintenant, c'était bon, Leonardo était devenu un bon petit chien chien, lui qui essayait pourtant de dominer la situation depuis le départ. Il s'arrêta, la poignée de la porte dans la main et se dit qu'après tout, s'il partait maintenant, sa traque aurait vraiment été vaine. Attendre quelques minutes de plus qu'elle se décide à parler ne ferait pas davantage de mal, alors il se retourna, en faisant mine d'adopter un air blasé je-m'en-foutiste. “Quoi ?” Il soupira, et ce fut le jackpot.

Mais il faut cependant avouer qu'il s'attendait à une révélation un peu plus croustillante. Elle fait partie du gang parce qu'elle a suivi la place sociale de son tuteur, et elle hait la FFOV puisqu'elle les soupçonne d'avoir tué Maman et Papa (et ledit tuteur) ; n'importe quel singe d'Hollywood serait capable de pondre un scénario aussi bateau, alors ce ne serait pas suffisant pour clouer Leo à terre dans cette maison une seconde de plus. Mais c'était amplement assez pour qu'il se moque une fois de plus. “Alors quoi, tu me sors l'histoire de la petite orpheline amnésique et tu crois que ça va te sauver la vie ? Mais tu les connais pas, Kam. Qu'ils aient tués tes parents et ton tuteur j'en sais foutuement rien, mais je sais un truc : ils sont capables de te faire bien pire.”

Il saisit à nouveau la poignée de la porte et commença à la tourner pour entrouvrir le tout. “Je ne peux pas rester, s'ils savent que je suis là, c'est moi qui vais aussi avoir des ennuis. Et y'a pas d'échanges de bons procédés qui tiennent la route, je te parle de la FFOV depuis le départ, d'elle et de ses rats qui fouine partout pour trouver qui leur sera utile dans leur progression vers une Venise plus belle. Alors simplement, méfie-toi.” Il lui fit un petit clin d'oeil et passa le pas de la porte sans se retourner une dernière fois ; autrement, son jeu d'acteur serait démasqué.
Il était temps de faire le rat fouineur, et d'aller raconter cette histoire hollywoodienne à ses supérieurs. Cela faisait toujours un Disorders inconnu de moins sur la liste.


________________
Saül batifole en #778899


« »



LA TRAQUE  — feat Leonardo. Empty
MessageSujet: Re: LA TRAQUE — feat Leonardo.   LA TRAQUE  — feat Leonardo. Empty par Contenu sponsoriséCiter Editer Supprimer 

 
LA TRAQUE — feat Leonardo.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Escalus :: 
DIVERTISSEMENTS
 :: Archives :: Univers 1
-




Ewilan RPG