# Top site 1
# Top site 2
# Top site 3
# Top site 4
# Top site 5
Staff :
# Profil
# Contacter
# Présente
# Profil
# Contacter
# Présent
Prédéfinis : en voir +
   
   
08
08
News — Les groupes : Magnus et La Compagnie sont fermés. Merci de privilégier les autres groupes.
Toutes les informations sont présentes ici.
News du 21/07 — Mise en place de la mise à jour N°9 juste ici ! Les intrigues sont terminées, le système de quête se simplifie et une nouvelle temporalité verra bientôt le jour.
News du 01/05 — Mise en place de la mise à jour N°8 par-là !
News du 01/04 — Mise en place de la mise à jour N°7 par-là ! Apparition du principe des évents ponctuels ainsi que d'un recensement.
News du 01/03 — Mise en place de la mise à jour N°6, ici. Plusieurs petites nouveautés HRP à découvrir, et un recensement qui se profile pour le mois prochain !
News du 01/02 — Mise en place de la mise à jour N°5, ici. Nous recherchons un animateur n'hésitez pas à postuler ! Découvrez un nouveau système de jeu, en vous rendant là.
News du 15/01 — Les intrigues sont lancées ! Pour en savoir plus rendez-vous ici.
News du 01/01 — Mise en place de la mise à jour N°4, ici. Les intrigues de l'an 125 débute à Pelagia. Découvrez un nouveau système de jeu, ici.
News du 01/12 — Mise en place de la mise à jour N°3, ici. Vous retrouverez des jeux et un nouvel univers, ici.
News du 05/11 — Mise en place d'un mini-évent par le membre Siobhán Balfe. Rendez-vous ici !
News du 01/11 — Mise en place de la mise à jour N°2, ici. Vous retrouverez une tombola, ici. Ainsi que la mise en place de divers jeux sur la CB !
News du 15/10 — Réouverture d'Escalus après 1 an d'absence !
An 115 | Red Peonia | Siobhan Balfe
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 An 115 | Red Peonia | Siobhan Balfe



avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« PELAGIA »

MESSAGES  : 44
POINTS  : 534
PRÉSENTATION   : I raise buildings, not children.
FICHE DE LIENS  : Architecture is like Frozen Music.
DATE D'INSCRIPTION  : 14/01/2016


MessageSujet: An 115 | Red Peonia | Siobhan Balfe    19.01.16 3:52 par Hedwig KasienkaCiter Editer Supprimer 

Hedwig avait déjà tracé les plans d’un nouveau bâtiment qui allait être construit.  C’était un petit projet pour lequel un seul architecte était nécessaire.  Les données avaient été prises, les ingénieurs contactés, il y avait encore beaucoup de travail à faire, mais cette après-midi était consacré à la finition de la maquette dudit bâtiment.  Hedi devait encore faire ses marques chez Aronde, et ce projet l’aiderait à monter un ou deux échelons.  Il fallait bien commencer quelque part, après tout !  

Une tornade blonde passa devant son bureau.  Siobhan Bauer.  Connaissance positive –car elles n’étaient pas tout à fait amies, étrangement- de l’architecte.  La science et un caractère bien trempé lui coulait dans les veine.  Hedi la connaissait via son collègue qui occupait le bureau juste à côté.  Il était de nature calme, sauf lorsque son épouse venait le rencontrer.  La plus part du temps, cela finissait en cris et en sang.  

Comme aujourd’hui.  Aujourd’hui, Hedwig assistait à une scène de ménage.  Elle dut s’arrêter quelques secondes dans le peaufinement de sa maquette pour reprendre sa concentration.  Elle en venait presque à comprendre le sujet de leur dispute.  Un soupir, puis elle continua à disposer ses matériaux sur la surface miniature.  

Puis les bruits qui traversaient le mur changèrent.  En réalité, ils devinrent soudainement… silencieux.  L’un d’eux était-il mort ?  Hedwig n’en serait même pas étonnée, à vrai.  Elle devint droite, raide.  La curiosité l’envahit.  Oh, elle se déplaça jusqu’à la porte d’à-côté.  Ses pensées se faisaient fortes et, inconsciemment, elle se trouvait là, à tourner la poignée.  Elle y était allée à l’instinct.  Autant que le bruit de leur dispute l’agressait que le silence se faisait largement plus pesant.  

Non, non, personne n’était mort.  Au contraire, Jensen et Siobhan semblaient bien s’amuser.  Hedi ne figea pas devant la scène.  Aussitôt, elle s’était retournée en fermant la porte et en marmonnant un « Désolée » froid, mais surpris.  Néanmoins, elle était rassurée que tous les deux soient vivants.  Revenant à son bureau, elle actionna son gramophone et se mit de la musique, puis retourna à son travail.  

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« La marquée »

MESSAGES  : 1491
POINTS  : 1667
PRÉSENTATION   : Jalousie dévastatrice.
FICHE DE LIENS  : Le sang sur ses mains.
AUTRES COMPTES : Wanda Le Gall
DATE D'INSCRIPTION  : 10/07/2014


MessageSujet: Re: An 115 | Red Peonia | Siobhan Balfe    19.01.16 13:25 par Siobhán BalfeCiter Editer Supprimer 


Comme à leur habitude, après les cris, et les disputes il y avait toujours ces réconciliations poignantes et nappé de luxure. Douceur et martèlement se contemple et s’adonne aux plaisirs quel qui soit. Malgré tout, c’est ainsi que le couple Bauer vit, et qu’il s’aime. Sans ses petites choses-là ils ne sont pas eux même. Et cela fait même partie des plaisirs d’être un jeune couple marié, il n’y a pas cette notion du temps qui passe, et des ravages qu’il fait. De la monotonie, et de l’ennuie.
Malgré tout, l’épouse n’attendait pas à ce que quelqu’un rentre dans le bureau ainsi, sans frapper, sans qu’on lui donne la permissions de rentrée, et d’autant plus quand on sait qu’elle avait du la voir rentrée ainsi comme une furie dans le bureau de son épouse.
Dès lors se faire surprendre en tenu légère, son époux sur soi en plein acte conjugal, cela n’avait rien de glorieux. La fierté de la jeune scientifique en prenait un coup, et même plusieurs, le mal était fait. Malgré qu’il était à nouveau seul, et que la porte avait claqué, elle repoussait son homme, son amant, son ami, l’homme qu’elle aimait d’un geste de la main, et se rhabiller. Tout l’alchimie qui avait pu avoir aujourd’hui s’en était retrouvé brisé en quelques secondes.
Plus aucunes traces de ses ébats se faisait voir sur ses vêtements ou sa coiffure. Et elle sortait de là, bien décidé à toucher deux mots à la collègue de travail de Jensen.
« Je ne vous en remercie pas, la prochaine frapper à la porte, ça sera moins gênant pour nous trois. » Lui faisait-elle alors remarqué le dos adossés contre le mur.

________________
#yoshi et le pénis disparu - 16/03/16
Siobhán pinaille en #86b6cc



avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« PELAGIA »

MESSAGES  : 44
POINTS  : 534
PRÉSENTATION   : I raise buildings, not children.
FICHE DE LIENS  : Architecture is like Frozen Music.
DATE D'INSCRIPTION  : 14/01/2016


MessageSujet: Re: An 115 | Red Peonia | Siobhan Balfe    19.01.16 17:12 par Hedwig KasienkaCiter Editer Supprimer 

Hedwig plaçait soigneusement les petits éléments de sa maquette.  La lumière, forte mais peu contrastante, lui permettait de bien voir l’ensemble ainsi que les détails de son travail.  Tout était bien droit.  En plus d’avoir le compas dans l’œil –en plus de cette manie à s’énerver face aux choses de travers, l’architecte usait d’un petit niveau pour s’assurer que sa structure ne s’inclinait pas d’un côté ou de l’autre.  

Hedi s’apprêtait à ajouter une autre pièce quand une ombre se fit dans la porte.  Oh, si ce n’était pas l’épouse Bauer.  La jeune femme ne lui accorda pas tout de suite de l’attention, prenant le temps de conclure son geste.  Elle fut réprimandée pour être entrée sans toquer à la porte.  Réprimandée de pour les avoir surpris en plein ébats, moment intime.  Au travail.  Son visage se contracta de contrariété et sa voix portante détonna en même temps que son bras se levait pour désigner l’espace, l’ensemble.  

« Vous arrivez ici et dérangez tout le monde alentour avec vos disputes et hurlements, sans gêne ni respect. » Elle s’inclina vers l’avant de manière brusque, sourcils froncés par la sévérité. « Et je devrais me sentir gênée d’avoir interrompue ce qui s’apprêtait à être une autre bonne heure de râles ? » Finit-elle en donnant un coup de main agressif dans les airs.  

Main qui vint aplatir le dessus de sa tête, glissant jusqu’à son chignon.  Aussitôt que ses yeux eurent quittés Madame Bauer, elle regarda les pièces encore en attente de sa maquette disposées de travers et s’affaira immédiatement à les aligner et ce, même si elles allaient être déplacées à nouveau.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« La marquée »

MESSAGES  : 1491
POINTS  : 1667
PRÉSENTATION   : Jalousie dévastatrice.
FICHE DE LIENS  : Le sang sur ses mains.
AUTRES COMPTES : Wanda Le Gall
DATE D'INSCRIPTION  : 10/07/2014


MessageSujet: Re: An 115 | Red Peonia | Siobhan Balfe    19.01.16 18:53 par Siobhán BalfeCiter Editer Supprimer 


La scientifique s’esclaffa de rire. Alors qu’elle était prête à tournée les talons et à faire demi-tour pour retourner vaquer à ses occupations, ce n’était pas au goût de la collègue de travail. Qui s’arrêtait enfin de travailler, et parler même vivement, et son expression physique ne démentait rien de bien positif.
« Alors déjà si vous arrêtiez d’avoir l’oreille collé à la porte, vous n’entendriez rien du tout. Deuxièmement, cela n’empêche pas de toquer à la porte. C’est la moindre des politesses, surtout quand la porte est fermée. » Parlait-elle alors bien plus calmement que l’employé d’Aronde.
Ses bras se croisaient sous sa poitrine, elle haussait un sourcil. Avec un tel caractère, elle avait de quoi aller loin très loin, et d’avancer dans les échelons de la société. Ce que comptait bien faire Siobhán également. Malgré tout savoir que cette femme travaillait avec son mari ce n’était pas ce qui la rassurer le plus.
Si jamais elle venait à vouloir grimper les échelons en passant par la case canapé, ça elle ne le laisserait pas passer.
Pas la moindre seconde.
« Ecoutez-moi bien Mademoiselle Kasienka. Mon époux a beau vos apprécier, vous aves beau être une bonne architecte, et je dois dire que je vous félicite pour votre répartie, ça manque chez les femmes d’affaires. Malgré tout, je n’accepterais pas le moindre monde que vous interférez dans les histoires de mon couple. Je ne le répétais pas deux fois. » Mettait-elle les points sur les « I ».
Elle n’en restait pas moins une femme diplomatique. De la répartie mais sans jamais hausser la voix ou bien faire des gestes brusques. Elle voudrait tout simplement rester ainsi pour tout jamais. Elle aimait le genre de personnes qu’elle était, elle n’avait pas envie de changer, juste de suivre ses objectifs qu’elle c’était fixé, manger comme requin les personnes qui se mettrait sur son chemin.

________________
#yoshi et le pénis disparu - 16/03/16
Siobhán pinaille en #86b6cc



avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« PELAGIA »

MESSAGES  : 44
POINTS  : 534
PRÉSENTATION   : I raise buildings, not children.
FICHE DE LIENS  : Architecture is like Frozen Music.
DATE D'INSCRIPTION  : 14/01/2016


MessageSujet: Re: An 115 | Red Peonia | Siobhan Balfe    19.01.16 20:04 par Hedwig KasienkaCiter Editer Supprimer 

Hedwig ne niait pas avoir mis de côté les règles de politesse. Néanmoisn, cela ne fut pas suffisant pour le verbaliser et s’en excuser auprès de Madame Bauer. Assise au fond de sa chaise, les coudes sur chaque bord, à la manière d’une Reine sur son trône, l’architecte écouta silencieusement, attentivement, ce qu’avait à lui dire Siobhan. Elle la regardait de manière accusatrice, sans le vouloir puisque son air sévère était constant.

À la fin de ses mots, Hedi soupira discrètement et ses yeux se levèrent vers les airs. Ses jambes s’étendirent sous son espace de travail puis, finalement, elle trouva rapidement ses mots. Ses lèvres s’étirèrent quelques courtes secondes.

« Je vous remercie des compliments. » Prit-elle le temps de glisser. Hedwig ne crachait pas sur les belles paroles, et n’avait pas encore la condescendance de faire comme s’il était tout à fait naturel qu’on couvre ainsi de beaux mots. « Jamais je ne me permettrais d’interférer dans votre couple si vous n’interférez pas dans mon travail. »

Comme elle se levait d’un coup, poussant à l’aide de ses longues jambes la chaise derrière, l’architecte fourra ses mains dans les poches de son long pantalon, ses chaussures claquèrent légèrement contre le sol. Hedwig avait la tête à la même hauteur que celles des hommes, mais sa silhouette était beaucoup plus mince. Néanmoins, cela l’aidait à ne pas se laisser marcher sur les pieds.

La jeune femme se déplaça, s’éloignant de sa maquette et s’approchant du mur qu’elle partageait avec Jensen. Elle y cogna doucement ses jointures, pas trop fort pour ne pas que le son traverse de l’autre côté.

« Ce mur est loin d’être une barrière contre le son, vous savez. » Et elle remit sa main dans sa poche. « Que vous vous criez dessus ou même que vous baisiez n’est pas le problème. Mais c’est dérangeant et je n’ai pas envie d’y participer. »

Hedwig écarquilla les yeux. Combien de fois c’était-elle sentie comme si elle se trouvait tout juste à côté du couple qui se chamaillait ?

« Allez ailleurs ! Je peux couvrir amplement couvrir l’absence de Monsieur Bauer. »

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« La marquée »

MESSAGES  : 1491
POINTS  : 1667
PRÉSENTATION   : Jalousie dévastatrice.
FICHE DE LIENS  : Le sang sur ses mains.
AUTRES COMPTES : Wanda Le Gall
DATE D'INSCRIPTION  : 10/07/2014


MessageSujet: Re: An 115 | Red Peonia | Siobhan Balfe    20.01.16 0:45 par Siobhán BalfeCiter Editer Supprimer 


La jeune scientifique redressait l’anse de son sac à main sur son épaule. Elle en profitait pour aplanir les épaules de sa robe, elle n’avait pas envie d’avoir un faux pli, avant de retourner travailler. Elle passait le plus souvent à la pause déjeunée, afin de profiter des joies de la vie maritale. Même si aujourd’hui, la matinée de travail c’était terminé, bien plus tard qu’à son accoutumé. Elle avait l’estomac dans les talons.
« Parfait faisons ainsi. Profitez-en pour lui demander une plus longue pose déjeunée, il acceptera plus facilement, croyez le moi. Et installer une meilleur insonorisation, ça permettra à vos clients de se rendre compte à quel point vous faite des choses merveilleuses. » Répondait-elle alors en s’allumant une cigarette.
Tirant à plein poumon sur le filtre de la cigarette, qui grésillé d’une belle musique. Elle s’approcha du bureau, observant le travail qui était effectué. Redressant la tête pour plonger ses yeux verts dans ceux de la collègue de travail de Jensen. Deux questions lui venaient en tête.
« Soit, je lui ferais part de votre demande ce soir. En revanche, j’aurais deux choses à vous demander. Pourriez-vous écouter et peut-être accéder à mes demandes ? » Tentait-elle alors de lui demander. « Après je vous laisserais tranquille Mademoiselle Kaseinka. » L’informait-elle.

________________
#yoshi et le pénis disparu - 16/03/16
Siobhán pinaille en #86b6cc



avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« PELAGIA »

MESSAGES  : 44
POINTS  : 534
PRÉSENTATION   : I raise buildings, not children.
FICHE DE LIENS  : Architecture is like Frozen Music.
DATE D'INSCRIPTION  : 14/01/2016


MessageSujet: Re: An 115 | Red Peonia | Siobhan Balfe    22.01.16 3:05 par Hedwig KasienkaCiter Editer Supprimer 

Hedwig tilta de la tête. Une meilleure insonorisation ? Un sourcil se leva et son air désapprobateur s’abattit sur la jeune femme devant elle. Ses jambes s’étendaient sous son poste de travail, ses mains agrippant les accoudoirs pour néanmoins se redresser et ne pas avoir l’air trop molle sur sa chaise.

« Je n’ai pas besoin d’une plus longue pause déjeuner. Seulement de travailler dans des conditions adéquates. »

L’architecte était de ceux qui avait d’imbibé en eux la notion de travail à Pelagia. Travailler, travailler et toujours travailler. Pas de manière exploitée comme les plus bas ouvriers d’Aronde, ni de manière complaisante comme les grands directeurs remplis de subordonnés. Siobhans s’approchait, Hedwig poussa même un peu sa maquette pour qu’elle soit davantage face à celle qui la regardait. Tout n’était pas terminé, mais l’attention portée aux détails était bien visible.

« Je suis toute ouïe. »

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« La marquée »

MESSAGES  : 1491
POINTS  : 1667
PRÉSENTATION   : Jalousie dévastatrice.
FICHE DE LIENS  : Le sang sur ses mains.
AUTRES COMPTES : Wanda Le Gall
DATE D'INSCRIPTION  : 10/07/2014


MessageSujet: Re: An 115 | Red Peonia | Siobhan Balfe    22.01.16 12:53 par Siobhán BalfeCiter Editer Supprimer 


La jeune scientifique restait toujours debout, ne daignant pas s’asseoir sur l’une des chaises qui étaient présentement face à elle. Malgré tout, elle avançait dans la pièce, pour quitter l’encadrement de la porte, et se mettre derrière le dossier de l’une d’entres-elles.
Ses mains venaient se posaient sur rebord fin laissant ses doigts enlacer le métal qui la surplombait. Son faciès, alors esquissant un rapide froncement de sourcil se figea en voyant l’architecte déjà bien avancé dans son statut au sein de l’entreprise
Il faut dire en même temps, que les scientifiques avaient de plus longue étude à faire, ce qui expliquait que le poste de Siobhán lui soit inférieur en comparaison. Mais quand bien même, elle s’en fichait pas mal.
Car elle parlait de femme d’affaire à femme d’affaire, et non d’employeur à employée, ce qui facilité grandement les choses dans ce qui semblait donner un discours de sourd.
Face à sa première palabre, elle haussait les épaules. La collègue de travail de Jensen, devait apprendre à se dérider grandement et à arrêter de tout prendre au pied de la lettre, et à apprendre à prendre les choses au second degré.
Malgré tout, la jumelle était ainsi également. Alors elle ne pouvait pas trop en dire sur sa position et son point de vue.
A la place, elle répliquait seulement à sa deuxième palabre, esquissant un rapide sourire sur son visage totalement lisse et où l’absence de ride était notable.
« Je pense que vous allez me dire non, mais je fais appel à la femme qui est en vous. Très récemment, j’ai vu qu’une jeune employé tournée autour de Monsieur Bauer, je sais qu’il ne s’en pas compte, mais moi si. J’aimerais donc, et si vous le voulez bien, que vous me prévenez si jamais vous la voyez tournée autour de lui, un peu trop imprudemment, vous voyez ce que je veux dire Mademoiselle Kasienka ? Un peu comme un requin s’approchant avec un grand sourire vers un dauphin. Bien entendu, je n’ai pas besoin de vous faire un dessin, sur qui est le requin et qui est le dauphin. » Expliquait-elle alors ainsi sa première demande, se doutant fortement d’avoir un non en guise de réponse.
Un soupire trépassé sur ses lèvres légèrement colorés, en revoyant la jeune tête brune qui lui tournait autour, tel un papillon butinant autour d’une fleure pour la vider de son nectar sirupeux.
« La deuxième, et je pense que pour celle-ci vous allez accepter plus facilement, ou tout du moins, je ne risque pas de recevoir une réponse négative et non amendable. Est-ce qu’il serrait possible de vous demandez si des appartements sont libres dans le niveau 1 et 2. J’aimerais lui faire une surprise. Bien entendu, vous toucherez la commission pour une vente, si jamais on achète. » Lui demandait-elle un haut sourire perché sur ses lèvres.

________________
#yoshi et le pénis disparu - 16/03/16
Siobhán pinaille en #86b6cc



avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« PELAGIA »

MESSAGES  : 44
POINTS  : 534
PRÉSENTATION   : I raise buildings, not children.
FICHE DE LIENS  : Architecture is like Frozen Music.
DATE D'INSCRIPTION  : 14/01/2016


MessageSujet: Re: An 115 | Red Peonia | Siobhan Balfe    25.01.16 18:21 par Hedwig KasienkaCiter Editer Supprimer 

Sourcils levés, Hedwig écoutait les mots de la scientifique, ceux-ci étaient mélangés à de la crainte, de la jalousie. Elle ne s’attendait pas à une telle demande, ainsi passa-t-elle une main dans ses cheveux alors qu’elle y réfléchissait. Jouer les polices autour de Jensen ne lui donnait pas envie, à vrai dire. Elle s’abstint, pour le bien de tous, de conseiller à Madame Bauer d’être moins violente, plus douce, que son mari n’aurait pas à chercher cette attention ailleurs, s’il venait à remarquer cette jeune femme qui lui tournait autour. Le silence était mieux. Beaucoup mieux.

« Je vais voir ce que je peux faire. » Se contenta-t-elle de dire, neutre.

Et la voilà que Siobhan la prenait pour une agente immobilière. Heureusement, Hedwig, en studieuse architecte, avait une idée du genre d’appartement et de maison qui se trouvaient dans les deux niveaux. Elle n’en tenait pas un registre précis dans son esprit, mais possédait en effet quelques papiers. Surtout des plus récents, bâtis mais en attente d’achat. Ils étaient les plus innovants, les plus intéressants.

« Il y en a plusieurs. Tout dépend de ce que vous cherchez. »

Ses pieds revinrent sous sa chaise, les chevilles croisées alors qu’elle attendait une réponse de Siobhan. Oh, un élément de déplacé sur sa maquette. Posé, mais pas encore collé. Minutieusement, elle le remit en plus, le déplaçant d’un tout petit angle. Ah, qu’est-ce que ça l’énervait quand tout n’était pas droit.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« La marquée »

MESSAGES  : 1491
POINTS  : 1667
PRÉSENTATION   : Jalousie dévastatrice.
FICHE DE LIENS  : Le sang sur ses mains.
AUTRES COMPTES : Wanda Le Gall
DATE D'INSCRIPTION  : 10/07/2014


MessageSujet: Re: An 115 | Red Peonia | Siobhan Balfe    26.01.16 0:39 par Siobhán BalfeCiter Editer Supprimer 


Suite à sa coopération, au tout du moins, ce qui pouvait y ressembler dans les grandes lignes. La jeune épouse arborée un large sourire, dévoilant ainsi ses dents biens alignées et aussi blanches qu’une robe de mariée.
Sa hanche se déployée et s’épanouisse comme une fleur, laissant ainsi sa corpulence tout en rondeur et en forme, se mouvoir dans sa robe claire. Un frison de plaisir lui parcourrait l’échine lui faisant frémir ses épaules.
Siobhán s’humectait les lèvres.
« Merci. » Glissait-elle en vitesse.
Ses doigts passaient dans sa chevelure cendrée, pour ramener une boucle de cheveux à l’arrière de son oreille, la coinçant au passage.
La scientifique se redressait alors, et commençait à expliquer ce qu’elle voulait, en parlant à l’aide de ses mains, tout autant qu’à l’aide de mots. Le tout en faisant les cents pas devant le bureau de l’architecte.
« Et bien… J’avais pensé à quelque chose de moderne, mais d’en même temps de conservateur. Je n’ai pas envie d’avoir une architecture, qui ne sera plus de mode dans deux ans. Niveau pièce, une chambre suffit, je n’ai pas tellement envie qu’il me sorte le couplet du : mais on a deux chambres, ça serait dommage de ne pas remplir la deuxième avec un enfant… Enfin vous voyez le genre. Parquet et marqueterie bien entendu pour le sol. Quelque chose qui ne soit pas trop grand, mais trop petit en même temps, en somme, qu’il est vraiment des pièces différentes, mais sans que je sois obligé de passer trois jours pour commencer et terminer à nettoyer l’appartement. Est-ce que ce genre d’information vous conviendrez ? » Taraudait-elle.

________________
#yoshi et le pénis disparu - 16/03/16
Siobhán pinaille en #86b6cc



avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« PELAGIA »

MESSAGES  : 44
POINTS  : 534
PRÉSENTATION   : I raise buildings, not children.
FICHE DE LIENS  : Architecture is like Frozen Music.
DATE D'INSCRIPTION  : 14/01/2016


MessageSujet: Re: An 115 | Red Peonia | Siobhan Balfe    31.01.16 19:27 par Hedwig KasienkaCiter Editer Supprimer 

Siobhan s’exprima.  Elle avait quelque chose de très précis en tête, ce qui était aussi bon que mauvais. Les yeux de l’architecte se plissaient sous la concentration, même si elle semblait surtout juger son interlocutrice.  Lentement, sa tête acquiesça et elle marmonna quelques mots pour elle-même en se levant.  Elle se dirigea vers un grand meuble de bois et en tira l’un des tiroirs.  Il était plat et long, conçu pour y ranger les plans en aplat et non pas les rouler et les déformer.  Entre chaque esquisse se trouvait une feuille de soie, pour prévenir l’humidité et autres détériorations.  Hedwig souleva les coins, remarqua les notes au coin des pages, en soulevait un plus haut une fois de temps en temps pour y lire la nomenclature.  Finalement, elle tira sur un paquet de feuille qui pourrait intéresser l’épouse et se positionna sur un bureau adjacent, là où il n’y avait pas de maquette.  

« Ici j’ai une demeure qui se nomme le Németh.  Elle est sur trois étages, un rez-de-chaussée, un premier et un second.  En bas salon, cuisine, salle à manger, atelier.  Au second deux chambres et une salle d’eau, au dernier étage une salle de séjour avec fenêtres aquarium, salle de rangement et fumoir. »

Sur la couverture, une esquisse de la demeure de face, agrémentée de détails pour la rendre plus agréable à l’œil, stimuler l’imagination.  La page suivant fut une légende des symboles sur laquelle Hedwig ne s’attarda pour aller direction à une vue du dessus du rez-de-chaussée.  

« L’entrée d’eau est ici, et l’entrée électrique est là.  Si vous êtes intéressée par ce genre de détails, tout ce qui est filage et conduites d’eau sont dans un autre plan, pas celui d’architecture.   C’est une maison qui se fond dans la masse, elle est plutôt neutre niveau style mais bien ancrée dans la mode d’aujourd’hui.  Elle sera disponible le mois prochain car les murs du dernier étage sont encore ouverts. »

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« La marquée »

MESSAGES  : 1491
POINTS  : 1667
PRÉSENTATION   : Jalousie dévastatrice.
FICHE DE LIENS  : Le sang sur ses mains.
AUTRES COMPTES : Wanda Le Gall
DATE D'INSCRIPTION  : 10/07/2014


MessageSujet: Re: An 115 | Red Peonia | Siobhan Balfe    31.01.16 22:58 par Siobhán BalfeCiter Editer Supprimer 


La scientifique était légèrement surprise de voir qu’elle avait quelque chose à lui proposer. Car après tout, c’était une sorte de test qu’elle donnait. Demander à quelqu’un un travail ou bien même une tâche qui n’est pas dans ses fonctions c’étaient quelque chose de tout à fait oser, et de même pompeux de sa part.
Mais ça lui permettait de voir à qui elle avait à faire.
Ainsi, elle se déplaçait jusqu’au bureau où était posé le schéma sur ses grands papiers, elle observait et suivait du doigt les indications orales et visuelles qu’elle recevait. Déchiffrant le dessin, qui était loin de ressembler à la réalité.
Car après tout, ce qui était couché sur du papier, ne ressemblait jamais à la stricte vérité, et ça on ne pouvait l’apprendre qu’avec des bouteilles au compteur, de l’expérience, et une once de jugeote.
Alors elle notait toutes les informations qui lui étaient à sa disposition dans un coin de sa tête. Au moins avec une telle demande, elle ne risquerait pas de l’oublier du jour au lendemain sous un coup d’humeur. Attendant la fin de la présentation elle levait le museau pour regarder l’architecte dans les yeux.
« Et on peut visiter l’appartement à partir de quand ? Enfin moi, car il s’agit d’une surprise. » Demandait-elle.
Les plans n’étaient pas suffisant pour la convaincre, elle avait besoin de quelque chose de visuelle et de tangible pour qu’elle se décide ou non à prendre les clefs en échange d’un montant comptant.

________________
#yoshi et le pénis disparu - 16/03/16
Siobhán pinaille en #86b6cc



avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« PELAGIA »

MESSAGES  : 44
POINTS  : 534
PRÉSENTATION   : I raise buildings, not children.
FICHE DE LIENS  : Architecture is like Frozen Music.
DATE D'INSCRIPTION  : 14/01/2016


MessageSujet: Re: An 115 | Red Peonia | Siobhan Balfe    09.02.16 0:39 par Hedwig KasienkaCiter Editer Supprimer 

Pour l’architecte, le dessin du bâtiment était clair, net et précis. Elle se l’imaginait en trois dimensions sans aucun souci, les distances lui apparaissaient facile à deviner et il ne restait qu’à tapisser les murs d’une certaine couleur pour que tout devienne réaliste. Pour les autres, c’était une autre histoire. Hedwig appelait au manque d’imagination, mais taisait ce reproche à chaque fois qu’il lui venait à l’esprit.

« Tout de suite, si vous le voulez. Il suffit d’avertir le superviseur du site et de prévoir une heure. Je ne serai pas celle qui vous accompagnera. »

Une précision, glissée comme ça, au cas où. Une agente immobilière, peut-être, serait à ses côtés pour visiter ce qui dorénavant ressemblait davantage à une demeure qu’à un chantier de construction. Hedwig tourna les pages du plan, l’on y voyait les murs, leur épaisseur ainsi que leur composition. Les détails de la charpente et autres notes importantes pour ceux qui s’en occupaient.

« J’ai un autre plan qui correspondrait à votre recherche. La peinture a été posée la semaine dernière, ce n’est pas une habitation qui est meublée. Je l’ai dessinée l’année dernière, ou un peu plus. »

De ce fait, c’était forcément l’une des meilleures demeures du moment !

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« La marquée »

MESSAGES  : 1491
POINTS  : 1667
PRÉSENTATION   : Jalousie dévastatrice.
FICHE DE LIENS  : Le sang sur ses mains.
AUTRES COMPTES : Wanda Le Gall
DATE D'INSCRIPTION  : 10/07/2014


MessageSujet: Re: An 115 | Red Peonia | Siobhan Balfe    09.02.16 15:11 par Siobhán BalfeCiter Editer Supprimer 


« Je vois… Ma foi pourquoi pas. Mais ça ne sera pas de suite. Plus tard dans la journée dans ce cas-là. Je dois reprendre mon poste. » Commentait alors la scientifique.
Les doigts pianotant ses lippes elle regardait avec attention les volumes qui pouvait s’offrir à elle. Même si elle avait besoin de voir par elle-même. Car après tout le voisinage pouvait-être bruyant, etc. En somme c’était tout un tas de chose à prendre en considération.
L’achat ne voulait pas simplement dire que des murs. Mais également un ensemble et tout cela on ne pouvait pas le répertorier sur un bout de papier.
En écoutant sa nouvelle palabre elle tournait la tête à son encontre pour observer celle qui parlait. Une légère inquisition sur les plans qui lui était présenté et elle avait fait son choix.
Certes pas définitif bien au contraire. Mais un choix tout simplement.
« Lorsque j’aurais observer le premier et qu’il n’aura pas fait mouche. Dans ce cas-là j’en visiterais un autre et ainsi de suite. Apres tout aller plus vite que la musique ce n’est bon dans aucun domaine n’est-ce pas ? » Lui faisait-elle part de son point de vu.
Siobhán prit une grande inspiration.
« Bien nous faisons ainsi ? Ce fut un plaisir de discuter avec vous mademoiselle Kasienka. » Elle lui tendait la main.

________________
#yoshi et le pénis disparu - 16/03/16
Siobhán pinaille en #86b6cc



avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« PELAGIA »

MESSAGES  : 44
POINTS  : 534
PRÉSENTATION   : I raise buildings, not children.
FICHE DE LIENS  : Architecture is like Frozen Music.
DATE D'INSCRIPTION  : 14/01/2016


MessageSujet: Re: An 115 | Red Peonia | Siobhan Balfe    25.02.16 1:20 par Hedwig KasienkaCiter Editer Supprimer 

Reprendre son poste… il était temps ! Ainsi Hedwig n’avait plus à s’inquiéter de ce qu’elle entendrait dans le bureau adjacent. La scientifique observa les plans n’accepta que de rendre visite à la maison qui correspondait aux premiers plans. L’architecte rangea les nouveaux qu’elle venait de sortir, les classant exactement là où ils devaient aller. Elle n’appréciait pas le désordre, et elle voulait que tout soit là où il se devait d’être. Cela créait un équilibre, et c’était beaucoup plus facile de tout retrouver.

Et une main tendue.

Hedwig demeura debout et ne se rassied pas tout de suite dans son siège. Elle fit un léger sourire –sincère et probablement son plus beau en réserve- et prit la main de l’épouse de son collègue. Elle serra celle-ci d’une poigne ferme et imposante, la poigne d’une femme qui ne se laissait pas marcher sur les pieds et qui pouvait se montrer bien fort derrière ce visage juvénile. Un hochement de tête.

« Un plaisir, Madame Bauer. »


« »



MessageSujet: Re: An 115 | Red Peonia | Siobhan Balfe     par Contenu sponsoriséCiter Editer Supprimer 

 
An 115 | Red Peonia | Siobhan Balfe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Carnet de notes de Siobhan O'Reilly
» Siobhan, ou comment avoir la peau dure. ▬ Underco'.
» [*FLASHBACK*] I don't ever want to let you down ft Siobhan ~
» Affaire non classée ▬ Noam & Siobhan
» Quand une situation est au pire, il faut qu’elle cesse ou qu’elle se relève... ▬ Siobhan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Escalus :: 
DIVERTISSEMENTS
 :: Archives :: Univers 2
-




Ewilan RPG