# Top site 1
# Top site 2
# Top site 3
# Top site 4
# Top site 5
Staff :
# Profil
# Contacter
# Présente
# Profil
# Contacter
# Présent
Prédéfinis : en voir +
   
   
08
08
News — Les groupes : Magnus et La Compagnie sont fermés. Merci de privilégier les autres groupes.
Toutes les informations sont présentes ici.
News du 21/07 — Mise en place de la mise à jour N°9 juste ici ! Les intrigues sont terminées, le système de quête se simplifie et une nouvelle temporalité verra bientôt le jour.
News du 01/05 — Mise en place de la mise à jour N°8 par-là !
News du 01/04 — Mise en place de la mise à jour N°7 par-là ! Apparition du principe des évents ponctuels ainsi que d'un recensement.
News du 01/03 — Mise en place de la mise à jour N°6, ici. Plusieurs petites nouveautés HRP à découvrir, et un recensement qui se profile pour le mois prochain !
News du 01/02 — Mise en place de la mise à jour N°5, ici. Nous recherchons un animateur n'hésitez pas à postuler ! Découvrez un nouveau système de jeu, en vous rendant là.
News du 15/01 — Les intrigues sont lancées ! Pour en savoir plus rendez-vous ici.
News du 01/01 — Mise en place de la mise à jour N°4, ici. Les intrigues de l'an 125 débute à Pelagia. Découvrez un nouveau système de jeu, ici.
News du 01/12 — Mise en place de la mise à jour N°3, ici. Vous retrouverez des jeux et un nouvel univers, ici.
News du 05/11 — Mise en place d'un mini-évent par le membre Siobhán Balfe. Rendez-vous ici !
News du 01/11 — Mise en place de la mise à jour N°2, ici. Vous retrouverez une tombola, ici. Ainsi que la mise en place de divers jeux sur la CB !
News du 15/10 — Réouverture d'Escalus après 1 an d'absence !
Cold minded. — LIBRE / Mars 125
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 Cold minded. — LIBRE / Mars 125



avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« PELAGIA »

MESSAGES  : 393
POINTS  : 1683
PRÉSENTATION   : I mean this.
FICHE DE LIENS  : Everybody means something.
AUTRES COMPTES : Gil Dylman
DATE D'INSCRIPTION  : 27/07/2014


MessageSujet: Cold minded. — LIBRE / Mars 125   08.01.16 16:13 par Raleigh CohenCiter Editer Supprimer 




Raleigh avait fait le pari risqué d’amener l’un de ses ouvrages jusque chez Corb. En soi, ce livre n’avait absolument rien de spécial. C’était un livre, comme tous ceux qu’on trouvait dans la cité, un livre qui traitait de choses et d’autres. Ce qui le différenciait de tous les autres, c’était l’interprétation qu’en faisait le médecin, et il était bien décidé à continuer sur la même voie jusqu’à trouver une réponse qui les satisfassent, lui et sa curiosité.
L’énigme flottait encore au-dessus de sa tête, comme un petit nuage gris, même des jours après. Il se demandait encore comment une chose pareille était possible. Il avait encore l’énigme de la fracture du poignet de Marianne Le Blanc en travers de la gorge.

Plus tard ce jour-là, il était allé demander à un collègue, plus calé que lui sur les fractures – il se contentait de les diagnostiquer et éventuellement de les expliquer, étant suffisamment au courant de l’anatomie humaine pour savoir nommer chaque foutu petit os dont son squelette est composé.
Ce que ledit collègue lui avait dit n’avait fait que confirmer sa première impression : oui, la fracture avait été infligée avec un mouvement purement vertical. Ce qui suggérait, par la même occasion, une action délibérée. N’importe qui se serait contenté de savoir ça. N’importe qui, mais pas Raleigh qui, désormais enfermé dans le minuscule bureau que sa position de médecin lui offrait, bureau d’ailleurs juxtaposé au cabinet où il faisait ses consultations, épluchait méticuleusement le contenu du livre en attendant qu’on lui amène un patient.

A chaque fois qu’on frappait à la porte, l’ouvrage allait se cacher dans l’une des étagères du bureau. Raleigh bloquait sur les termes action délibérée. De qui ? D’un autre ? Ou de la personne elle-même ? Dans un cas comme dans l’autre, Pelagia toute entière semblait lui crier que ce n’était pas son domaine de recherches et qu’il n’avait aucune raison de trouver une réponse.
Les deux hypothèses suggéraient qu’une personne au moins dans la cité avec plus que le léger grain d’excentricité qu’on accordait à certains.

Avec une moue déçue de ne pas trouver, ne serait-ce qu’un élément de réponse, à la page qu’il lisait, Raleigh passa à la suivante. Il essayait de retrouver des détails de cette journée aux urgences. Rien. Rien de bien spécial ne lui revenait, à part le timbre profondément agaçant de cette Le Blanc. Cette voix à elle seule aurait réussi à le dissuader de continuer, pour peu qu’elle lui ait dit « tu ne m’entendras plus si tu abandonnes ».
Un soupir lui échappa.

« Compte là-dessus, surtout… »

Regard vers la porte. Personne pour appuyer sur la poignée, personne pour frapper sur le battant. De toute façon, tant qu’il parlait à voix basse, personne ne l’entendrait, même en collant l’oreille au panneau de la porte. Il avait tout loisir de s’invectiver, seul, dans son bureau. Jusqu’à preuve du contraire, c’était quelque chose de normal.
Normal. Encore aurait-il fallu définir ce qui ne l’est pas.
Raleigh regarda finalement sa montre.

« Hm… Je reprendrai ça plus tard. »

Vu l’heure, d’autres éventuels patients ne tarderaient pas à arriver, et il avait une fiche de rendez-vous pour le reste de la journée à venir.
Le livre retourna se cacher, derrière une pile de paperasse, sur l’étagère du bureau.



________________
Interagit en #4682b4
— Clone du Poulpe à votre service.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« SELF MADE MAN RAG »

MESSAGES  : 1083
POINTS  : 1352
PRÉSENTATION   : Better Call Saül
FICHE DE LIENS  : I’m not as comfortable being powerless as you are
AUTRES COMPTES : /
DATE D'INSCRIPTION  : 17/08/2014


MessageSujet: Re: Cold minded. — LIBRE / Mars 125   08.01.16 21:50 par Saül DarwinCiter Editer Supprimer 

Cold minded.

Mars 125 | Raleigh Cohen


Saül détestait profondément assez peu de choses dans la vie. Beaucoup de détails, comme le son d'une fourchette qui crisse sur une assiette. Et il y avait aussi le fait qu'une personne qu'il chérisse ne tombe malade. Surtout son fils, Tomás, qui devenait soudain le plus capricieux de la terre. Monsieur veut un jouet pour se donner du courage, et manger les plats qu'il choisit et personne d'autres, et suivre son père au travail pour ne pas être seul et surtout, ne pas aller ni à l'école ni chez le médecin. Ces deux choses signifiaient qu'il avait perdu : soit il s'était trop laissé prendre par la maladie, soit pas assez. C'était dans tous les cas une défaite pour lui. L'échec le pus grand de sa jeune vie de garçon de 6 ans.

Et aujourd'hui, l'échec frappait justement à la porte de sa chambre. En soi, Saül en avait surtout marre d'entendre Isobel dire qu'il ne fallait pas dire oui à tous ces caprices, mais qu'il avait peut-être quelque chose de grave et que s'il lui arrivait un malheur elle tiendrait son mari toujours absent pour responsable. Alors celui qui n'alla pas à l'école aujourd'hui, ce fut Saül qui s'excusa auprès du Conseil de la cité de ne pas pouvoir être présent pour quelques heures. Ils se débrouilleraient bien sans lui de toute façon, une journée de repos n'a jamais détruit un empire - du moins, pas sous-marin.

En arrivant à Corb, le médecin habituel de la famille n'était pas disponible et on lui indiqua le cabinet d'un jeune homme dont le nom ne lui rappelait pas grand chose pour le moment. M. Cohen. En arrivant devant la porte, Tomás boudait et se grattait la tête de douleur. Saül quant à lui toqua trois coups et se permit avant même d'attendre une réponse d'ouvrir. Bonjour, Saül Darwin, je ne vous dérange pas ? Il observa la pièce entière pour s'assurer qu'aucun clients malades n'étaient déjà là et tira son fils par la main pour entrer avec lui. On m'a conseillé de venir vous voir, notre médecin habituel n'est pas là. Je crois qu'il a une otite, ou quelque chose du genre, ça fait plusieurs jours que ça traînent et il commence à avoir vraiment du mal à dormir, à se plaindre de maux de tête... Enfin, je vous laisse voir par vous-même.

Le Gardien lâcha la main de son fils à qui il murmura d'aller voir le docteur qui allait s'occuper de lui et de bien l'écouter. Rien n'était sûr, mais pour l'instant, le petit semblait trop perturbé par les nombreux gros livres - sûrement sans images ! - que ce cher médecin semblait collectionner. Alors il restait planté au milieu de la salle comme un piquet en attendant vraisemblablement qu'on lui dise quoi faire. Saül, lui, s'était assis et attendait que le médecin ne fasse son travail, en observant les babioles qui se trouvaient sur le bureau : papiers, stylos et autres merveilles.



Spoiler:
 

________________
Saül batifole en #778899

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« PELAGIA »

MESSAGES  : 393
POINTS  : 1683
PRÉSENTATION   : I mean this.
FICHE DE LIENS  : Everybody means something.
AUTRES COMPTES : Gil Dylman
DATE D'INSCRIPTION  : 27/07/2014


MessageSujet: Re: Cold minded. — LIBRE / Mars 125   08.01.16 22:20 par Raleigh CohenCiter Editer Supprimer 




Le livre n’avait pas disparu derrière la paperasse de l’étagère depuis plus de deux ou trois minutes qu’on frappa à la porte. Trois coups réguliers, et avant même que Raleigh eût pu réagir, la personne de l’autre côté du battant appuya sur la poignée et poussa le panneau de bois pour entrer. Bah. Tant pis. C’était un cabinet médical, ici, certains venaient pour de petites urgences du quotidien. En l’occurrence, c’était un père et son fils. Saül Darwin. Le nom lui disait vaguement quelque chose, sans qu’il ne pût réellement se rappeler de qui il pouvait bien s’agir.
Raleigh se leva, secouant vaguement la tête avec un léger sourire.

« Aucun problème, entrez donc. »

Il fit les quelques pas qui le séparaient de la porte et referma le battant avant de se tourner vers le duo père-fils, écoutant ce dernier tout en considérant l’enfant. Un boudeur-né, à en juger par son expression et le mouvement de va et vient de sa main sur le côté de sa tête, comme un grattage machinal sur une démangeaison qui ne voulait jamais vraiment partir. Dans tous les cas, le garçon avait l’air absolument enchanté d’être ici, et Raleigh ne serait pas étonné de l’entendre râler d’ici peu.
Il reporta son attention sur le père, acquiesçant machinalement.

« D’accord. Il n’y a vraiment aucun problème, je peux vous recevoir maintenant. »

Dans le cas contraire, il aurait de toute façon arrangé un créneau entre deux rendez-vous, quitte à faire patienter un peu de monde dans la salle d’attente l’espace de quelques minutes. Un diagnostic ne prenait pas non plus trois cent cinquante ans. Il s’approcha un peu de l’enfant, se mettant à égale distance de lui et de la table d’auscultation, tout en s’assurant de rester dans son champ de vision, avant de s’accroupir pour se mettre à sa hauteur.
C’était important, avec les enfants, de se mettre à la même hauteur qu’eux. Ils se sentaient moins intimidés, moins petits, et ils avaient, curieusement, moins l’impression d’être pris pour des personnes qui ne pouvaient pas prendre de décisions.

« Comment tu t’appelles ? »

Autant commencer par le début. Ensuite, il désigna la table d’un vague signe de tête.

« Tu pourras aller t’asseoir là, si tu veux. Le marche-pied est de l’autre côté. Une fois que tu seras tranquillement installé, on discutera de ce qui ne va pas. »



________________
Interagit en #4682b4
— Clone du Poulpe à votre service.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« SELF MADE MAN RAG »

MESSAGES  : 1083
POINTS  : 1352
PRÉSENTATION   : Better Call Saül
FICHE DE LIENS  : I’m not as comfortable being powerless as you are
AUTRES COMPTES : /
DATE D'INSCRIPTION  : 17/08/2014


MessageSujet: Re: Cold minded. — LIBRE / Mars 125   09.01.16 14:38 par Saül DarwinCiter Editer Supprimer 

Cold minded.

Mars 125 | Raleigh Cohen


Tomás n'aimait pas qu'on lui dise ce qu'il devait faire, car Tomás n'avait que très peu pu compter sur une figure de père à la poigne forte. Non, le garçon ne connaissait que sa mère, aussi tendre qu'un agneau. Alors quand le docteur se baissa pour lui demander son nom, il tourna la tête en boudant, replongeant ses yeux sur les gros livres aux couvertures de cuir. ... Il s'appelle Tomás, et on va dire que c'est la maladie qui le rend bougon. Hein, t'es pas un petit garçon mal élevé en temps normal ? Comme s'il le savait. Son fils le regardait et marmonna, en croisant ses bras sur sa poitrine, un tout petit Pardon... avant d'aller s'asseoir sur la table, comme demandé.

Saül n'avait jamais trop été là pour lui, et même si tout au fond de lui il désirait sûrement se rattraper, en surface il n'en avait pas grand chose à faire. Sa vie était déjà bien chargée, même s'il aimait son enfant, pour pouvoir s'occuper de son éducation. Ils passaient quelques bons moments ensemble, des beaux souvenirs, mais cela restait assez rare et anecdotique... Encore merci, de nous prendre si vite, M. Cohen, c'est bien cela ? La secrétaire m'a dit que vous aviez une bonne réputation vous savez. T'es entre de bonnes mains mon grand ! Tomás s'était allongé tranquillement, attendant qu'on lui pose les questions habituelles : Ou as-tu mal ? Est-ce que tu manges bien ? Comment ça se passe à l'école ?

Mais le gamin préférait parler d'autre chose alors avant même que le docteur ne commence à l'embêter il pointa sa petite main vers l'étagère. C'est quoi l'histoire de ça ?Euhm, Tomás, ce n'est peut-être pas le moment pour parler d'histoires, non ? Le Gardien avait beau parler gentiment à son fils, lui prenait toujours tout très mal. Alors il râla, continuant de regarder ce livre qui l'interpelait, l'un des plus gros. Saül se sentait mal à l'aise d'avoir un fils qui n'en avait visiblement que faire de l'autorité. Il faut l'excuser, c'est un garçon très curieux... Tu écoutes le docteur maintenant, d'accord ? Et Tomás souffla, une fois de plus, dans sa barbe qu'il n'avait pas mais qu'il imaginait très bien, avec ses rêves d'enfants.



________________
Saül batifole en #778899

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« PELAGIA »

MESSAGES  : 393
POINTS  : 1683
PRÉSENTATION   : I mean this.
FICHE DE LIENS  : Everybody means something.
AUTRES COMPTES : Gil Dylman
DATE D'INSCRIPTION  : 27/07/2014


MessageSujet: Re: Cold minded. — LIBRE / Mars 125   09.01.16 15:36 par Raleigh CohenCiter Editer Supprimer 




Les livres semblaient beaucoup plus intéresser l’enfant que ce que Raleigh avait à lui dire, mais ça ne faisait rien. En général, tous les enfants arrivant dans la petite pièce pour la première fois étaient presque aussitôt aimantés par les énormes volumes de médecine – avec ses multiples branches – et certains avaient même déjà demandé à pouvoir regarder de plus près l’un des ouvrages. En général, il accédait à leur demande, arrivant même parfois à y glisser une contrepartie : d’accord, tu me dis ce qui ne va pas, et je te montre un des livres.
Ça marchait souvent. Il choisissait toujours ceux où les modèles anatomiques n’étaient pas trop crus, qui ne montraient qu’une seule chose, comme l’anatomie de la main pouvait intéresser un enfant au poignet tout récemment cassé.
Appuyant ses mains sur ses genoux, le médecin se releva en secouant vaguement la tête.

« Ça ne fait rien, j’en ai connu des plus boudeurs que ça. »

Il glissait la plaisanterie de manière anodine, mais elle était aussi là pour faire réagir Tómas. Dans son expérience, les enfants au tempérament boudeur le faisaient pour montrer qu’ils étaient les meilleurs à ce jeu-là : apprendre qu’ils avaient des concurrents dans la partie craquelait leur coquille, ou les rendait plus irascibles encore, ce qui était toujours un moyen d’obtenir des informations.
Un enfant qui boude se défend.
Un bref hochement de tête et il regarda le père.

« Elle a vraiment dit ça ? Eh bien je n’ai plus qu’à lui offrir une boîte de macarons ! »

Depuis le temps qu’il travaillait ici, Raleigh, plus connu dans l’entreprise sous le doux surnom de Dr. Cohen, savait parfaitement, ou presque, ce que les autres pensaient de lui : la personne à qui confier un enfant un peu récalcitrant ou un parent trop inquiet pour la survie de son gamin dont le dernier jeu était de glisser le long de la rampe des escaliers de la maison.
Mais comme attendu, Tómas était beaucoup plus intéressé par les livres qui envahissaient les étagères que par son propre état, à en juger par sa main qui était retombée sur sa cuisse au lieu de continuer de lui frotter le côté de la tête avec insistance. Un sourire se dessina sur les lèvres du médecin qui haussa vaguement les épaules, amusé par l’attitude de plus en plus boudeuse du garçon.

« Ça ne fait rien, il a le droit d’être curieux. Par contre, je crois que tu vas être déçu si je te dis qu’il n’y a pas d’histoires dans ces livres. »

Tout en parlant, il attrapait de quoi regarder dans l’oreille de l’enfant.

« Ce sont des livres de médecine. D’ailleurs, avant que je ne commence à voir ce qui ne va pas, est-ce que tu aimerais savoir comment est faite ton oreille ? »

Un moyen comme un autre d’inviter l’enfant à sortir de sa coquille et à arrêter de bouder.



________________
Interagit en #4682b4
— Clone du Poulpe à votre service.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« SELF MADE MAN RAG »

MESSAGES  : 1083
POINTS  : 1352
PRÉSENTATION   : Better Call Saül
FICHE DE LIENS  : I’m not as comfortable being powerless as you are
AUTRES COMPTES : /
DATE D'INSCRIPTION  : 17/08/2014


MessageSujet: Re: Cold minded. — LIBRE / Mars 125   11.01.16 10:58 par Saül DarwinCiter Editer Supprimer 

Cold minded.

Mars 125 | Raleigh Cohen


Tomás n'écoutait pas trop ce qui se disait à côté, perdu dans son monde en imaginant les gros dragons qui devaient se trouver dans ces si gros livres - la taille était bel et bien proportionnelle dans son idée. Mais le docteur lui brisa son petit rêve. « Pas d'histoires ? Mais ça sert à rien, alors... » dit-il naturellement. Derrière, Saül regardait attentivement comment le médecin s'en sortait, presque impressionné. « Mon oreille ? Bah, elle a des creux et des bosses. De gros virages et des endroits pour se cacher aussi. Je le sais déjà ça, moi ! Tu veux que je t'expliques plus ? »

Le petit Darwin n'était pas un garçon stupide pour son âge, même s'il avait sa vision de certaines choses encore un peu arrêtée. Il s'intéressait, était curieux, mais avait pris de son père sur son ambition à vouloir tout contrôler. Ça, Saül l'ignorait d'ailleurs complètement. Eh bien ma foi, au moins vous avez réussi à l'intéresser ! Le Gadien rigolait un peu, aucunement d'un air méchant mais plutôt amusé de voir son fils ainsi face à un inconnu. Car il ne faut pas croire, même s'il a un peu tiré un trait sur sa famille, il les aime malgré tout et reste fier de voir son enfant se débrouiller, si réactif. Il est conscient d'être un mauvais père, que Tomás mérite mieux... Mais lui, il n'a rien de plus à offrir qu'une présence faible et peu de temps.

Tomás commençait à racler sa gorge, se tourner bien du côté de M. Cohen pour lui montrer sa petite oreille qu'il prit de ses deux mains. « Tu vois, moi, j'ai mal tout au fond là. Dans le gros trou noir. Je crois qu'il y a un monstre qui dort dedans, parce que parfois quand j'essaye d'écouter bah j'entends plus trop... Où alors, comme si le disque du tourne-disque il s'éloignait beaucoup de moi et qu'il allait dans la maison d'à côté. » L'explication commençait, un véritable spectacle, mais Tomás s'arrêta en levant le nez et sortant son petit doigt qu'il pointa vers le plafond ; comme pour dire "attendez, je fais une expérience". Saül profita de ce petit silence pour murmurer au docteur Vous avez des enfants, une femme, pour aussi bien vous en sortir ? Je l'ai rarement vu si bavard avec des inconnus... Et la pause prit fin. « Oui. Là, le monstre il doit dormir. Je crois que j'entends bien comme il faut ! »


________________
Saül batifole en #778899

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« PELAGIA »

MESSAGES  : 393
POINTS  : 1683
PRÉSENTATION   : I mean this.
FICHE DE LIENS  : Everybody means something.
AUTRES COMPTES : Gil Dylman
DATE D'INSCRIPTION  : 27/07/2014


MessageSujet: Re: Cold minded. — LIBRE / Mars 125   11.01.16 17:25 par Raleigh CohenCiter Editer Supprimer 




Le médecin partagea le rire du Gardien. Le coup était réussi, c’était le moins qu’on pouvait dire. Raleigh mima la surprise, écarquillant un peu les yeux et levant les sourcils. Ah bon ? Tu sais déjà tout ça ? C’est vraiment super, alors ! Avec les enfants, il valait mieux jouer le jeu, faire semblant d’être impressionné, même s’ils étaient rarement dupes et savaient très bien que la plupart des adultes juste pour eux. Les enfants, ce n’était pas la peine de leur dire qu’ils ne savaient peut-être pas tout : ils avaient le temps d’apprendre.
Ils avaient le temps d’être curieux. Alors Raleigh écouta, attentivement, ce que Tómas avait à lui dire, hochant de temps en temps la tête, tout sourire. C’était vraiment ce qu’il préférait, chez les enfants, cette manière de voir le monde dans laquelle les monstres ont encore une place.
Amusé par le comportement du garçon, il lui glissa doucement à l’oreille.

« C’est peut-être parce qu’il a peur de la lumière. Tu l’as remarqué, c’est très éclairé, par-ici. »

Le monstre s’était caché pour échapper à la lumière des grandes lampes de Corb dont les murs blancs ne faisaient rien d’autre qu’accentuer la réverbération. Après tout, c’était un monstre, et jusqu’ici, les monstres préféraient sortir de sous les lits la nuit, quand il n’y a plus assez de lumière pour permettre aux enfants comme aux parents de les voir. Vils monstres.
Heureusement qu’ils n’avaient pas le droit d’attaquer quelqu’un qui est dans son lit.
Puis, l’attention de Raleigh revint au Gardien, l’air légèrement désolé de l’avoir délaissé au profit de l’établissement d’un contact stable avec son fils.
Il tendit une main pour commencer à préparer les instruments dont il allait avoir besoin pour examiner l’enfant.

« Oh, je suis tout ce qu’il y a de plus célibataire… »

Jeune médecin tout juste sorti de la faculté, il avait l’air moins menaçant que certains de ses confrères plus expérimentés, et on avait commencé, le sachant déjà doué avec les enfants, à rediriger les « rendez-vous de familles » vers lui, surtout pour ceux qui venaient un peu pour la première fois et qui n’avaient pas encore de médecin traitant. Son air bienveillant lui avait attiré la sympathie de pas mal de petites têtes, et il pouvait tenir de longues conversations aux airs très sérieux sur les monstres et les fées qui vivaient dans la forêt de Pelagia.
Et elles viennent d’où, les fées ? avait demandé une fillette, un jour.
Elles ont été ramenées de la surface, bien sûr ! avait répondu très sérieusement Raleigh.

Il montra les instruments à Tómas.

« Je parierai que tu sais déjà à quoi ils servent. Je suis même sûr que tu connais leurs noms. »



________________
Interagit en #4682b4
— Clone du Poulpe à votre service.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« SELF MADE MAN RAG »

MESSAGES  : 1083
POINTS  : 1352
PRÉSENTATION   : Better Call Saül
FICHE DE LIENS  : I’m not as comfortable being powerless as you are
AUTRES COMPTES : /
DATE D'INSCRIPTION  : 17/08/2014


MessageSujet: Re: Cold minded. — LIBRE / Mars 125   12.01.16 14:16 par Saül DarwinCiter Editer Supprimer 

Cold minded.

Mars 125 | Raleigh Cohen


Ma parole, vous devriez clairement faire des enfants... puis Saül se vautra légèrement dans le fauteuil où il attendait, en s'enfonçant de plus en plus et croisant les jambes. Son fils semblait vraiment entre de bonnes mains, de quoi réconcilier le père avec la société qu'il n'appréciait pourtant que très peu, pour des raisons qui échappaient sûrement au commun des mortels autres que Saül lui-même. Mais Tomás, lui, était parti pour apprécier les médecins. Il riait en imaginant le monstre de son oreille terrifié par un peu trop de lumière. Puis il regardait aussi avec une grande attention chaque instrument que M. Cohen lui présentait.

« Hmmm, pas tous. Je suis pas si fort quand même hein. Mais lui, là, lui, lui il sert à mettre la lumière dans l'oreille ! Donc ça va faire fuir le monstre, et j'aurais plus mal du tout ! Et lui, on dirait comme des gros ciseaux qui coupent pas. C'est peut-être attraper le monstre, non ? » Le garçon ne touchait rien, il montrait juste du doigt, comme sa mère lui avait appris en allant au musée de Pelagia. Et il regardait le docteur droit dans les yeux en attendant sa réponse, voir s'il avait raison dans tout ce qu'il disait. Saül écoutait, tout sourire, avant d'ajouter : Et si tu laissais le docteur s'occuper d'enlever ce vilain monstre alors ? Tu irais sûrement mieux comme ça. Ce à quoi Tomás répondit d'un hochement vif de la tête, et il se tourna sur la table pour ne laisser accessible que l'oreille qui lui faisait le plus mal.

« VAS-Y DOCTEUUUUUR ! » il hurla presque. Saül se leva pour aller voir comment tout aller se dérouler à partir de maintenant, curieux. Au fond de lui, il voudrait aussi s'allumer une cigarette pour parfaitement profiter du spectacle. Mais il se dit que dans un cabinet de médecin, ce n'était peut-être pas le bon endroit...


________________
Saül batifole en #778899

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« PELAGIA »

MESSAGES  : 393
POINTS  : 1683
PRÉSENTATION   : I mean this.
FICHE DE LIENS  : Everybody means something.
AUTRES COMPTES : Gil Dylman
DATE D'INSCRIPTION  : 27/07/2014


MessageSujet: Re: Cold minded. — LIBRE / Mars 125   12.01.16 22:04 par Raleigh CohenCiter Editer Supprimer 




On ne cessait de le lui répéter : vous devriez avoir des enfants. Mais Raleigh manquait sans doutes les deux choses essentielles qui amènerait un jour à la formation d’un couple et même d’un mariage : il ne sortait pas, trop occupé à ses recherches dans l’ombre, penché sur ses livres jusqu’à des heures indues, la lampe de son bureau étant la dernière allumée du complexe de résidences bien des nuits, et l’amour en lui-même ne l’intéressait pas plus que cela, ou plutôt, ce qui pouvait découler d’une relation amoureuse.
A vrai dire, Raleigh ne s’était encore jamais aventuré dans de tels terrains et pour l’instant, il n’en voyait pas non plus l’intérêt. Son travail de médecin passait avant tout, et il était en passe d’être supplanté par les recherches qu’il faisait à la nuit tombée.

Il hocha la tête à la description que Tómas faisait des instruments, même s’il doutait devoir se servir de la pince pour une otite – et le fils Darwin avait passé l’âge de se mettre toute sorte d’objets dans les oreilles depuis un bon moment déjà. Il l’avait sortie pour agrémenter l’histoire du monstre, et il avait déjà une excuse toute trouvée pour que le garçon prenne le traitement nécessaire : c’est pour faire peur au monstre, comme ça, il ne reviendra pas.
Après, ce n’était pas non plus dit qu’un autre monstre ne vienne pas un jour, mais ça, il ne le dirait pas. Il rit légèrement devant l’enthousiasme du garçon. Au moins, il n’était pas prêt à partir en courant et en hurlant, les larmes aux yeux, jusqu’à ne plus jamais vouloir aller chez le médecin de sa vie. Non. Raleigh laissait en général ce rôle aux dentistes de Corb qui avaient une réputation suffisamment effrayante pour persuader n’importe quel enfant, même revêche, de se brosser correctement les dents.

« Tu ne bouges pas, d’accord ? Ca ne prendra pas longtemps. »

A la lumière de la petite lampe qui allait avec la loupe, Raleigh commença à examiner l’oreille de Tómas. Rien de bien méchant. Une otite, interne. Le tympan était légèrement inflammé, ce qui expliquait la douleur, mais avec le traitement, ça disparaîtrait en à peine une semaine. Le tympan n’avait pas éclaté, ce qui était aussi un bon point.
Finalement, il s’écarta et reposa ses instruments sur la table.

« Hm, on dirait bien que le monstre s’est enfui. Par contre, quand il a voulu faire son nid, il a abîmé un peu l’intérieur de ton oreille, c’est pour ça que tu as mal. »

Souriant doucement, il attrapa le carnet d’ordonnances en commençant à griffonner, toujours avec son écriture capitale qui serait illisible autrement, les noms de deux médicaments : l’un en gouttes, pour traiter directement l’otite, l’autre pour calmer la douleur si jamais elle devenait trop forte.
Il signa, puis montra ensuite la feuille au garçon.

« Mais avec ça, on va pouvoir enlever le nid du monstre et l’empêcher de revenir. S’il n’a plus de nid, il disparaîtra, comme tous les monstres. Par contre, il faudra bien écouter ce que te dit la pharmacienne, d’accord ? Si tu n’enlèves pas bien le nid du monstre, il pourrait revenir. »



________________
Interagit en #4682b4
— Clone du Poulpe à votre service.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« SELF MADE MAN RAG »

MESSAGES  : 1083
POINTS  : 1352
PRÉSENTATION   : Better Call Saül
FICHE DE LIENS  : I’m not as comfortable being powerless as you are
AUTRES COMPTES : /
DATE D'INSCRIPTION  : 17/08/2014


MessageSujet: Re: Cold minded. — LIBRE / Mars 125   15.01.16 13:08 par Saül DarwinCiter Editer Supprimer 

Cold minded.

Mars 125 | Raleigh Cohen


Debout, Saül observait attentivement. Tomás écoutait le docteur, il ne bougeait pas d'un pouce, lui qui habituellement se plait à ne jamais écouter les ordres et conseils que l'on peut lui donner. C'était une sorte de miracle, comme si les médecins, finalement, étaient l'élite des hommes, touchés par la grâce des petites main de Juvino. Les sourcils arqués d'étonnement, le Gardien avait la bouche ouverte. Impressionné, il en restait bouche bée. Tomás lui, fermait les yeux aussi fort qu'il le pouvait pour lutter contre la peur d'avoir mal. Car non, le petit garçon ne souffrait pas le moins du monde. M. Cohen était étrangement doux dans ses gestes. Et l'explication lui convenait parfaitement, cela expliquait en quoi la douleur restait par moment : un nid, bien évidemment.

« Ok, ok ! » dit-il en acquiesçant. Puis il se releva, le temps que le docteur ne prescrive ce qui le sauverait de l'invasion de ce monstre. Il se tourna vers son père à qui il fit un signe de la main, levant son pouce. Dans sa tête, Saül savait que cela voulait dire "Je suis sauvé papa, regarde !" alors il sourit. Heureux, mais triste aussi de réaliser que jamais il n'aurait eu l'idée de jouer avec lui et de lui donner raison sur cette histoire de monstre. Il ne connaissait pas son fils. Il ne connaissait pas les enfants. Il retourna donc s'asseoir, le visage triste et démuni. Tomás l'approcha ensuite avec l'ordonnance dans sa petite main. « Regarde papa ! J'ai des gribouillis à donner à la pharmacienne ! »

Le visage du père se déconfit un peu. Des médicaments, Tom... Ce sont des noms de médicaments mon grand. Ils vont te guérir et... Empêcher le monstre de revenir. Puis en direction du médecin il ajouta un petit "Désolé" sur cette vilaine histoire de gribouillis. Tiens, regarde, il y a des petits jeux là-bas. Vas-y le temps que je finisse de discuter avec le médecin. Après, on ira s'occuper du monstre avec la pharmacienne. Le petit obéit, comme s'il avait été charmé par une magie inconnue de la part de Raleigh. Je vous embauche, je crois que c'est officiel... Vous avez les papiers pour déclarer un médecin traitant ? Son docteur habituel est plus... Moins... Il est pas pareil. Vous, vous avez les dieux avec vous.


________________
Saül batifole en #778899

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« PELAGIA »

MESSAGES  : 393
POINTS  : 1683
PRÉSENTATION   : I mean this.
FICHE DE LIENS  : Everybody means something.
AUTRES COMPTES : Gil Dylman
DATE D'INSCRIPTION  : 27/07/2014


MessageSujet: Re: Cold minded. — LIBRE / Mars 125   16.01.16 12:39 par Raleigh CohenCiter Editer Supprimer 




Raleigh haussa vaguement les épaules, l’air de dire que ce n’était pas grave. D’un côté, Tómas n’avait pas tort, son écriture ressemblait plus à des gribouillis qu’autre chose, et c’était pire s’il avait le malheur d’écrire en minuscules. Le seul moyen qu’il avait d’être lisible, c’était de tout écrire en majuscules, et même là, on voyait l’illustration parfaite du mythe selon lequel les médecins ne savent pas écrire – et la capacité des pharmaciens à déchiffrer l’écriture d’à peu près tous les médecins de Corb n’aidait en rien à la situation.
Il sourit en regardant l’enfant commencer à s’inventer tout un monde à partir des jeux qui étaient disposés dans le fond du cabinet, comme dans tous ceux qui étaient à Corb. Il n’était pas le seul à s’occuper des plus petits, c’était juste lui qu’on préférait. Et il ne pouvait pas nier qu’il appréciait passer du temps en compagnie des enfants, les amenant progressivement à l’inviter dans leurs mondes pour qu’ils aient moins peur de la seringue ou même simplement du stéthoscope.

Il acquiesça brièvement, d’un hochement de tête, en réponse à Saül Darwin, et se détourna quelques secondes, le temps d’ouvrir le tiroir où était rangée la majeure partie de la paperasserie qu’il était amené à faire en tant que médecin. Les fiches de déclaration du médecin traitant étaient toujours rangées au même endroit : la troisième pile. Il en attrapa deux, et les tendit au père, ainsi qu’un stylo.

« Tenez, je vous laisse les remplir pour que ce soit lisible. Je suis au regret d’approuver votre fils, mon écriture manuscrite ne ressemble absolument à rien… »

Il disait ça avec le sourire, conscient qu’il ne changerait pas de manière d’écrire, surtout pas après des années dans le même monde de capitales. Il jeta un vague regard à Tómas, s’assurant qu’il n’était pas non plus trop curieux. Il en avait déjà vu un ou deux essayer d’ouvrir les placards à la recherche de quelque chose de plus intéressant qu’une figurine de baleine bleue ou de grand blanc.
Son attention revint vers le père Darwin.

« Vous étiez déjà suivis par un autre médecin traitant, avant ? »

Il demandait ça comme ça, histoire de. Histoire d’aller, éventuellement, récupérer les dossiers médicaux de la famille chez ledit médecin, aussi bien que pour discuter de l’intéressé. Raleigh le connaissait peut-être, en plus, ce médecin. Corb n’était pas non plus le bout du monde, on connaissait vite la plupart des gens qui y travaillaient.



________________
Interagit en #4682b4
— Clone du Poulpe à votre service.

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« SELF MADE MAN RAG »

MESSAGES  : 1083
POINTS  : 1352
PRÉSENTATION   : Better Call Saül
FICHE DE LIENS  : I’m not as comfortable being powerless as you are
AUTRES COMPTES : /
DATE D'INSCRIPTION  : 17/08/2014


MessageSujet: Re: Cold minded. — LIBRE / Mars 125   16.01.16 20:17 par Saül DarwinCiter Editer Supprimer 

Cold minded.

Mars 125 | Raleigh Cohen


Tomás avait fini par trouver une distraction suffisante, on pouvait l'entendre derrière parler d'une princesse à délivrer dans son nez avec l'aide de la compagnie des chevaliers de la rétine... L'aspect médical semblait donc l'intéresser, et Saül attendait déjà avec impatience de lui faire réviser ses futurs cours de biologie en faisant des métaphores de combat entre globules blancs. Toujours est-il qu'il se saisit des feuilles de déclaration et commença à tout remplir. Vous ne faite pas exception à la malédiction des médecins alors ! Euhm, je vous donne le numéro de téléphone de mon bureau au Conseil, et je mets en dessous celui de mon domicile, ma femme s'y trouve la plupart du temps. Comme ça, vous en aurez deux.

Il avait subtilement glissé qu'il était au Conseil car oui, Saül avait été vexé de ne pas recevoir de flatterie depuis qu'il avait poussé cette porte. Rares étaient ceux qui ne reconnaissaient pas les membres du Conseil, et parmi ceux qui savaient qui étaient Saül, plus rares encore étaient ceux qui ne lui envoyaient pas un petit compliment pour se faire mousser. Il se raclait donc la gorge pendant qu'il écrivait son adresse et toutes les informations demandées, comme de précieuses choses à garder secrètes.

Tomás, oui, un pédiatre qui est l'un de vos collègues. M. euhm... M. Ludwig, si je ne m'abuse. Mais il était trop strict. Ca ne passait pas bien avec le petit. Très professionnel, mais un peu trop, sûrement. Disons que vous vous en sortez clairement mieux avec les enfants. Graisser la patte de celui qui tient la santé de son fils entre ses mains, ce n'était jamais de trop. Saül lui adressa donc un grand sourire en rendant, finalement, le papier rempli. Je n'ai rien oublié ? Il vous faut d'autres informations peut-être ? Il fallait toujours plus que ce qui était écrit. Mais maintenant, il fallait surtout payer. Les consultations étaient gratuites à Pelagia mais les médicaments... Ces cachets anti-monstre était un gouffre béant.

Pour les médicaments, je paye à la pharmacie directement j'imagine ? Vous avez d'autres conseils, prérogatives ? Je ne sais pas, n'importe quoi à dire avant que nous partions combattre ce monstre d'oreille. Saül s'était quelque peu tourné vers son fils en souriant, prenant exemple sur le médecin qui se débrouillait si bien, en jouant le jeu. Et cela fonctionnait car Tomás avait tiqué au mot "monstre", et il semblait avoir l'air heureux de montrer sa bravoure.


________________
Saül batifole en #778899

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
« PELAGIA »

MESSAGES  : 393
POINTS  : 1683
PRÉSENTATION   : I mean this.
FICHE DE LIENS  : Everybody means something.
AUTRES COMPTES : Gil Dylman
DATE D'INSCRIPTION  : 27/07/2014


MessageSujet: Re: Cold minded. — LIBRE / Mars 125   16.01.16 21:17 par Raleigh CohenCiter Editer Supprimer 




Ainsi donc, le père était du Conseil. Les choses revinrent à la surface de la mémoire de Raleigh. Il aurait peut-être dû y penser plus tôt, le nom Darwin aurait dû réveiller quelque chose au fin fond de ses souvenirs, mais il ne s’était rien passé. Et d’un certain côté, le médecin se demandait si c’était aussi important que ça, de ramener chaque personne à son rôle au sein de la cité. Une personne est une personne, peu importe ce qu’elle pouvait faire. Raleigh n’avait rien contre les principes du travail de Pelagia, même s’il fallait avouer que les choses étaient toujours plus simples quand la famille possédait de l’argent, mais il avait encore du mal avec cette idée de ne définir les gens que par le métier qu’ils exercent.
Le médecin jeta un rapide coup d’œil aux fiches.

« Tout est bon ! Je vous en laisse un exemplaire pour votre paperasse personnelle, les coordonnées de la clinique sont dessus si vous avez besoin. »

Haussant légèrement les épaules, inclinant par la même occasion la tête de côté, Raleigh adressa un petit signe de la main à Tómas qui revenait de sa séance de jeu dans le fond de la salle, continuant de regarder Saül Darwin. Il avait le sourire, ce qui était bon signe, la douleur à son oreille semblait avoir disparu pour le moment, ou bien il n’y faisait plus attention. Mais il n’était absolument plus l’enfant boudeur qui était entré dans le cabinet quelques minutes plus tôt.

« A part de revenir si le problème persiste ou s’aggrave, je n’ai pas de conseils à vous donner. Les médicaments se paieront directement à la pharmacie, et la pharmacienne se chargera de vous expliquer la posologie en détails. »

Les notices fichées dans les boîtes étaient parfois d’une longueur atroce pour trouver simplement la posologie du médicament.
Il adressa finalement un sourire au garçon, avec un air faussement sévère sur le visage.

« Je compte sur toi pour faire attention aux monstres, surtout quand c’est l’heure d’aller dormir. D’accord ? »

Au hochement de tête que Tómas lui rendit, il en déduit qu’il avait parfaitement saisi le sous-entendu. Raleigh serra la main du père et les accompagna en-dehors du cabinet, allant donner la fiche de déclaration de médecin traitant à la secrétaire avant de retourner à sa journée de consultations.



________________
Interagit en #4682b4
— Clone du Poulpe à votre service.


« »



MessageSujet: Re: Cold minded. — LIBRE / Mars 125    par Contenu sponsoriséCiter Editer Supprimer 

 
Cold minded. — LIBRE / Mars 125
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saut temporel - Phase libre du 18 mars 2045
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» LMDC Tag Team Championships: Floyd Mayweather & Randy Orton Vs Stone Cold Steve Austin & John Cena

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Escalus :: 
DIVERTISSEMENTS
 :: Archives :: Univers 2
-




Ewilan RPG